Chroniques 2017 Le choix des tricheurs de Sacha Stellie

Plus qu’un roman… Une claque littéraire : « Le Choix des Tricheurs » de Sacha Stellie, disponible sur Amazon.
 
Le pitch : « Un seul être vous manque et tout est dépeuplé » dixit Lamartine… Sans nul doute ce que peuvent ressentir Nova et Antoine, deux êtres assoiffés de vie, d’amour et de liberté, intenses dans tout ce qu’ils font, tout ce qui les fait… Dès lors qu’ils se rencontrent, ils se sont aimés… Sans jamais rester… Vingt ans plus tard, un rendez-vous est donné… L’heure du choix est-elle arrivée ?
 
Honte à moi qui ai tardé à me plonger dans ce roman… Un pavé certes, mais surtout un diamant brut de lecture… Un roman tout simplement époustouflant… A tel point que je ne pense pas encore en être sortie… Ce roman, je l’avais reçu à l’occasion du dernier Apéro des Autoédités, organisé à Paris en janvier dernier… Petit instant magique pour un bouquin envoûtant… J’aurais dû m’en douter, la plume était ensorcelée…
 
Et c’est là qu’arrive le drame… Que vous dire en effet quand on ne trouve pas de mots à la hauteur pour vous en parler ? Quand je m’apprête à poser quelques mots sur mon clavier, ce sont plutôt des paroles qui se mettent à chanter… « J’y crois encore »… « C’est un beau roman »… « Amoureuse »… « Le grand Amour »… « Prendre Racine »… « Le Tourbillon de la Vie »… Et mon esprit n’est alors plus que chansons et douces mélodies…
Essayons cependant d’entrer dans le vif du sujet… Comme le fait l’auteure finalement, celle-ci nous faisant vivre une histoire… Celle d’un amour passionné et passionnant… Celle du grand amour sûrement… Mais comme toute bonne histoire d’amour, celle-ci s’avère compliquée… Et c’est ainsi que l’auteure nous fait vivre… Oui vivre plus que lire… Cette fresque amoureuse sur une vingtaine d’années… Celle de deux jeunes gens âgés de 20 ans… Le bel âge, celui de tous les possibles, celui de l’éternité parce qu’on a envie de vivre sa vie pleinement, intensément, sans se préoccuper de l’avenir car demain est encore loin… Dès lors le lecteur se laisse envoûter et entraîner au coeur de… Quoi finalement ? La vie en fait, tout simplement… Mais la vie pleine d’un amour indescriptible et indéchiffrable… La vie pleine de tous ces sentiments qui la font grandir, évoluer, vibrer tandis que les émotions défilent aussi bien dans notre coeur que sur le papier… Alors c’est triste… C’est drôle… C’est difficile… C’est limpide… C’est cruel… C’est beau… C’est tout à la fois puisqu’on parle de la vie, cette vie qui ne vaut la peine d’être vécue sans amour, ne l’oubliez pas…
Mais je sens que je m’égare… Ou peut-être pas… Sûrement l’effet que produisent encore ces personnages sur mois lorsque mes yeux s’en rappellent… De magnifiques jeunes gens plein de vie, plein de fougue, plein de rêves, avides de pouvoir croquer la vie à pleines dents… C’est normal, à 20 ans… Ils se rencontrent et ils s’aiment, c’est foudroyant… Seulement ils ne font que se rencontrer, se séparer, se croiser, se louper, se retrouver, se rater, s’aimer, se manquer… Et tandis que la vie défile, ils deviennent adultes, renoncent à leurs rêves, oublient leurs idéaux… Il est désormais loin le pays imaginaire de Peter Pan… Alors le vernis s’écaillent et nous dévoile finalement des personnages particulièrement complexes, pétris dans la douleur et dissimulant un douloureux passé… Voilà donc ce qui se cachait sous cette apparente légèreté… Et malgré tout, ils ne cessent pas de s’aimer… S’aimer sans jamais être ensemble… Parce que la peur de l’engagement impose des choix en conséquence…
Mais voilà que je m’égare encore face à cette relation qui ne m’a sous doute pas laissée indemne… Parce que la plume est violemment belle, parce que le vocabulaire est riche de mots qui viennent du coeur pour écrire mille et un sentiments, retranscrire tant et tant d’émotions, traduire un véritable maelström de sensations… Alors on pardonnera les quelques longueurs, il en faut bien quand on parle d’un amour de 20 ans… Et on refermera ce livre sans parler de la fin… Parce que la vie continue… La mienne bien sûr… La vôtre également, cela va sans dire… Mais la leur aussi, bien à l’abri de cette dernière page refermée…
 
En bref, je n’ai pas rendu suffisamment hommage à ce roman… Je ne suis même pas certaine de vous en avoir parlé finalement… Car j’ai lu ce livre comme une course folle dans le vent face à la mer… Intensément.

Laisser un commentaire