Focus sur… La rentrée littéraire de septembre 2020 !

Mes petits Bookinautes chéris, je suis absolument ravie de vous retrouver aujourd’hui pour un article tout à fait inédit : En effet mes amis, en cinq années de tribulations blogulaires, c’est la première fois que je vous présente ma rentrée littéraire… Non pas la rentrée littéraire, mais bien MA rentrée littéraire !
Bien que présentée comme la rentrée littéraire la plus faible depuis 1999 du fait de la crise sanitaire, la cuvée littéraire de septembre 2020 vous propose tout de même 511 titres à compter du 19 août en librairie !
Aussi ai-je décidé cette année de vous révéler les livres que j’avais déjà repérés… Pour une liste que votre lectrice passionnée n’a pas su réduire à moins de 30 titres… Et qu’elle n’est évidemment pas exhaustive, vous me connaissez ! Alors, parce qu’il n’y a rien de plus sympathique que les partages littéraires, surtout en cette période troublée durant laquelle nos auteurs comme nos libraires ont plus que jamais besoin de nous, je me suis dit qu’on pourrait les bouquiner ensemble ! Autrement dit, et si le cœur vous en dit : Vous êtes les bienvenus par ici ! ^^
Trêve de bavardages : A présent je vous laisse découvrir « Ma rentrée littéraire » : Bonne lecture et bon repérage les amis !

Les Aérostats d’Amélie Nothomb, aux éditions Albin Michel le 19 août 2020
« La jeunesse est un talent, il faut des années pour l’acquérir ».

Buveurs de vent de Franck Bouysse, aux éditions Albin Michel le 19 août 2020
« Ils sont quatre, nés au Gour Noir, cette vallée coupée du monde, perdue au milieu des montagnes. Ils sont quatre, frères et sœur, soudés par un indéfectible lien. Marc d’abord, qui ne cesse de lire en cachette. Matthieu, qui entend penser les arbres. Puis Mabel, à la beauté sauvage. Et Luc, l’enfant tragique, qui sait parler aux grenouilles, aux cerfs et aux oiseaux, et caresse le rêve d’être un jour l’un des leurs.
Tous travaillent, comme leur père, leur grand-père avant eux et la ville entière, pour le propriétaire de la centrale, des carrières et du barrage, Joyce le tyran, l’animal à sang froid… Dans une langue somptueuse et magnétique, Franck Bouysse, l’auteur de Né d’aucune femme, nous emporte au coeur de la légende du Gour Noir, et signe un roman aux allures de parabole sur la puissance de la nature et la promesse de l’insoumission. »

Requiem pour une Apache de Gilles Marchand, aux Forges de Vulcain le 21 août 2020
« Jolene n’est pas la plus belle, pas la plus fine non plus. Et pas forcément la plus sympa. Mais lorsqu’elle arrive dans cet hôtel, elle est bien accueillie. Un hôtel ? Plutôt une pension qui aurait ouvert ses portes aux rebuts de la société : un couple d’anciens taulards qui n’a de cesse de ruminer ses exploits, un ancien catcheur qui n’a plus toute sa tête, une jeune homme simplet, une VRP qui pense que les encyclopédies sauveront le monde et un chanteur qui a glissé sur la voie savonneuse de la ringardisation.
Ce petit monde vivait des jours tranquilles jusqu’à ce que Jolene arrive. En quelques mois à peine, l’hôtel devient le centre de l’attention et le quartier général d’une révolte poétique, à l’issue incertaine. »

L’heure du diable de Patrick Bauwen, aux éditions Albin Michel le 26 août 2020
« Chris Kovak est médecin, agoraphobe, incapable de sortir de chez lui. Quand un mystérieux patient le contacte, un compte à rebours meurtrier commence. Audrey Valenti est lieutenant de la brigade Evangile, spécialiste des crimes du métro. Lorsque le corps d’une inconnue habillée en sorcière est retrouvé sur les voies ferrées, débute la plus incroyable des enquêtes. Tous deux traquent le diable, un psychopathe monstrueux et insoupçonnable.
Mais c’est le diable qui va les trouver. Après Le jour du Chien et La Nuit de l’ogre, Patrick Bauwen achève sa trilogie et révèle l’identité de son tueur hors normes. »

Cinq doigts sous la neige de Jacques Saussey, aux éditions Cosmopolis le 27 août 2020
« Une fête d’anniversaire.
Une forêt enfouie sous la neige.
Quinze jeunes coupés du monde.
Marc Torres, écrivain à succès, vit seul avec son fils dans un immense domaine isolé dans les bois.
Alexandre a été très perturbé par le décès de sa mère, cinq ans plus tôt. Plongé dans son travail pour tenter d’oublier la douleur du deuil, Marc ne l’a pas soutenu comme il l’aurait dû.
Lorsque son fils lui demande l’autorisation d’inviter des amis chez eux pour son dix-huitième anniversaire, Marc ne peut refuser, même s’il craint les débordements des jeunes.
Pendant la fête, le ciel se couvre très vite au-dessus des sapins noirs. Bientôt, la neige bloque les accès à la montagne et verrouille la quinzaine d’adolescents chez les Torres au cœur de la forêt silencieuse.
Marc est inquiet. Alexandre est un garçon fragile. Il va devoir le protéger des autres, mais aussi de lui-même.
À tout prix. »

Terminal 4 de Hervé Jourdain aux éditions Fleuve Noir le 27 août 2020
« Aux abords de l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle, alors que le soleil n’a pas commencé à pointer, les pompiers se démènent pour étouffer les flammes qui ravagent une dizaine de voitures. Ce qu’ils ne savent pas encore, c’est que dans le coffre de l’une d’elles, un cadavre carbonisé les attend… Lola Rivière et Zoé Dechaume, conduites dans les environs par les hasards d’une autre enquête, arrivent sur place les premières.
Déterminées à résoudre cette affaire, les deux jeunes femmes vont rapidement s’apercevoir que l’aéroport est une zone qui cristallise de multiples tensions. Conflits entre taxis et VTC clandestins, militants installés à proximité des pistes pour s’opposer au projet du nouveau terminal, et luttes politico-économiques autour de la pollution atmosphérique générée par l’aéronautique, les enjeux sont nombreux et les fils à démêler ne manquent pas pour atteindre la vérité… »


De soleil et de sang de Jérôme Loubry, aux éditions Calmann Levy le 02 septembre 2020
« Dans ce quartier chic de Port-au-Prince s’élèvent de belles demeures de pierre entourées de palmiers, de flamboyants et d’arbres orchidées. C’est là que, pour la deuxième fois en une semaine, un couple est retrouvé assassiné dans sa chambre. Deux corps mutilés gisant au pied du lit conjugal. La presse titre déjà sur une série de « crimes vaudous » . Pourtant l’inspecteur Simon Bélage refuse de tomber dans la superstition.
Sur cette île, la corruption et le trafic d’enfants font plus de ravages que le terrible Baron Samedi, le dieu des morts. Simon sait avec certitude que ces crimes sont l’œuvre d’un être de chair et de sang. Et tous les indices convergent vers un orphelinat fermé depuis près de vingt ans, surnommé la « Tombe joyeuse » . Mais Simon devrait prendre garde. En Haïti, ignorer les avertissements des esprits, qu’ils soient vrais ou faux, peut se révéler dangereux…
« Un thriller atmosphérique ! Laissez-vous guider par Jérôme Loubry pour un voyage en enfer. »

Les Disparues du Tableau de Daria Desombre, aux éditions du Masque le 02 septembre 2020
« Depuis qu’elle a découvert l’identité de l’assassin de son père, Macha Karavaï, jeune étudiante en droit et stagiaire à la police de Moscou, reste cloîtrée chez elle. Mais un nouveau tueur en série sévit dans la ville, laissant dans son sillage le corps de jeunes femmes nues, étranglées au moyen d’un ­ fin lacet de soie. Près d’elles, une esquisse du peintre Ingres. Ce sont toutes des femmes parfaitement ordinaires, pourtant, avec chacune d’elles l’assassin semble donner corps à une oeuvre de son cru, et se jouer des enquêteurs à ses trousses.
Aux côtés d’Andreï Yakovlev, son supérieur, Macha décide alors de s’engager dans une véritable course contre la montre pour tenter d’établir un lien entre les jeunes femmes russes et le légendaire peintre français. »
Traduit du russe par Julia Chardavoine

Déviation Nord de Thierry Berlanda, aux éditions De Borée (Collection Marge Noire) le 03 septembre 2020
« Le soir de Noël, Milton Walsh, un chirurgien respecté, son épouse Emily, une jeune anesthésiste, et leur fille Lola, s’engagent sur les routes enneigées pour aller fêter le réveillon avec leur famille : ils ne parviendront jamais à destination ! Lehmann, un adjudant-chef proche de la retraite et loin des procédures, et Emilie Casanave, une jeune adjointe brillante, dotée d’un troisième sens incroyable mais dénué de second degré, vont tout faire pour les retrouver… »

Goliat de Mehdy Brunet, aux éditions Taurnada le 03 septembre 2020
« La mer de Barents, au large des côtes norvégiennes : Goliat, une plateforme pétrolière en proie aux éléments déchaînés, est le sinistre théâtre d’une série de meurtres odieux. David Corvin, ex-agent du FBI, va devoir utiliser toutes ses compétences pour stopper l’hécatombe. Mais au bout du chemin, il risque de perdre son âme… Et bien plus encore… »

Efface toute trace de François Vallejo, aux éditions Viviane Hamy le 03 septembre 2020
« Qu’est-ce qui vaut le plus cher ? Une oeuvre de jv ou le risque de devenir la sixième victime connue d’une entreprise qui nous dépasse ? Comportement suicidaire ou génie des affaires ? La distinction entre les deux se révèle de plus en plus mince. Risquer sa vie, c’est aussi excitant que risquer sa mise, pour des individus riches et peut-être blasés ». Le narrateur, un expert en art contemporain, est chargé par un groupe de collectionneurs surnommé « le consortium de l’angoisse » , d’enquêter sur des incidents étranges ayant entraîné la mort de certains d’entre eux.
Il constate que le seul point commun entre les victimes serait leur passion pour les créations d’un certain « jv » … Provocation ? Bluff ? Manigance d’une organisation criminelle d’ampleur mondiale ou d’un serial artiste doublé d’un serial killer ? François Vallejo avec Efface toute trace embarque son lecteur au coeur d’une enquête palpitante où les apparences sont autant de trompe l’oeil s’éclairant les uns les autres.
A la question de ce qu’est une oeuvre d’art, se révèle la contemporanéité d’un monde avec ses fantasmes et ses réalités dans toute leur cruauté et leur vanité. Talentueux et féroce. »

Tupinilândia de Samir Machado De Machado, aux éditions Métailié le 03 septembre 2020
« Situé au coeur de l’Amazonie, un fabuleux roman entre Orwell et Jurassic Park, un blockbuster d’aventures et une réflexion sur la nostalgie, la mémoire et le nationalisme. Tupinilândia se trouve en Amazonie, loin de tout. C’est un parc d’attractions construit dans le plus grand secret par un industriel admirateur de Walt Disney pour célébrer le Brésil et le retour de la démocratie à la fin des années 1980.
Le jour de l’inauguration, un groupe armé boucle le parc et prend 400 personnes en otages. Silence radio et télévision. Trente ans plus tard, un archéologue qui ne cesse de répéter à ses étudiants qu’ils ne vont jamais devenir Indiana Jones revient sur ces lieux, avant qu’ils ne soient recouverts par le bassin d’un barrage. Il découvre à son arrivée une situation impensable : la création d’une colonie fasciste orwellienne au milieu des attractions du parc dévorées par la nature.
A la tête d’une troupe de jeunes gens ignorant tout du monde extérieur qu’ils croient dominé par le communisme, il va s’attaquer aux représentants d’une idéologie qu’il pensait disparue avec une habileté tirée de son addiction aux blockbusters des années 1980. Avec humour, intelligence et une imagination foisonnante, l’auteur renverse les clichés des romans d’aventures et des films d’action tout en réfléchissant sur l’ambiguïté de la nostalgie, l’importance de la mémoire et les dangers du nationalisme.
Une magnifique preuve que le plaisir de raconter une histoire extraordinaire, servi par un talent littéraire remarquable, peut se mettre au service d’une réflexion politique actuelle. »

Le Bonheur est un Papillon de Marilyse Trécourt, aux éditions Eyrolles le 03 septembre 2020
« 21 avril 2015. Thomas, 38 ans, se retrouve par hasard devant la demeure familiale où il a vécu les plus belles années de son enfance. Alors qu’il s’aventure, nostalgique, dans la maison maintenant abandonnée, sa grand-mère défunte lui apparaît et lui propose un marché : revivre les 20 dernières années de sa vie ! Le 21 avril 2015, il devra se présenter au même endroit où il aura alors la possibilité de choisir : retourner à son ancienne vie ou rester dans sa  » nouvelle  » vie.
Thomas accepte. Projeté 20 ans en arrière, il a 18 ans de nouveau, et 38 ans de recul et d’expérience pour ne pas reproduire ses erreurs de jeunesse. Mais refaire le parcours à l’envers sans faux pas n’est pas si simple … Dans une dimension parallèle, Thomas sera amené, face aux événements déjà vécus de sa jeunesse, à poser de nouveaux choix. Aura-t-il le courage de bouleverser le cours de son existence ? Oubliera-t-il son passé, sa femme et ses enfants ? Saura-t-il éviter le chaos provoqué par le battement d’ailes du papillon ? »

Neige écarlate d’Anne Waddington, aux éditions Cairn le 07 septembre 2020
« Un village perché sur les hauteurs du Tarn. Son épicerie, son médecin, son infirmière, sa carrière… et sa maison de retraite ! Un monde clos, un hiver rude et une tempête de neige qui isole le village. Des comportements qui changent soudainement, des résidents de la maison de retraite qui décèdent suite à des comportements inexplicables et la folie qui s’empare de tout le village. Paranoïa, schizophrénie, hallucinations, ce cocktail détonnant va pousser au cours de cette longue nuit d’hiver, la population à s’entretuer, chacun persuadé que l’autre en veut à sa vie ! Quelques personnes semblent épargnées et tentent de résister et de comprendre.
Empoisonnement collectif ? Virus ? Manipulation mentale à grande échelle ? Expérience scientifique qui tourne mal ? Lorsque le jour se lève et que la tempête se calme, les rares survivants n’auront pas trouvé les réponses… Et si tout recommençait ailleurs ? »

Le Réveil de la Bête de Jacques Moulins, aux éditions Gallimard (Série Noire) le 10 septembre 2020
« Entre luttes intestines et protectionnisme des états membres, Europol a bien du mal à prendre sa place sur le terrain. Quand une informatrice de l’agence européenne de police criminelle est retrouvée égorgée dans son appartement parisien, le Commandant Deniz Salvere se saisit de l’affaire. Il veut non seulement retrouver le meurtrier de la jeune hackeuse qui enquêtait pour lui, mais surtout prouver à sa hiérarchie que, plus imminente et dangereuse que celle des mouvances salafistes, la menace viens du coeur de l’Europe, de nationalistes blancs radicaux, dont les réseaux s’étendent en secret.
Détournements de fonds, hacking, fishing, chantage, etc., une multitude de cyberdélits apparemment isolés, serviraient selon lui un groupe ultra-nationaliste préparant une série d’attaques en Europe. Encore faut-il le prouver ! »

Requiem pour un diamant de Cécile Cabanac, aux éditions Fleuve Noir le 17 septembre 2020
« Ce matin, la DRPJ de Versailles fourmille déjà. On vient de leur signaler un meurtre… Malgré la fatigue d’une nuit de planque, la commandant Virginie Sevran est envoyée sur les lieux. Elle ne cache pas son soulagement d’y retrouver son ancien collègue et ami Pierre Biolet, qui a récemment quitté Clermont-Ferrand pour la rejoindre dans cette partie cossue de la région parisienne. Ensemble, ils découvrent le cadavre de Victor Bardier, bijoutier renommé installé rue du faubourg Saint-Honoré, profondément lacéré et baignant dans son sang.
Le corps a été déplacé, la scène de crime n’a pas été correctement gelée, quant à la femme de la victime, elle a disparu… Et que dire de cette énigmatique gemmologue russe avec laquelle le joaillier travaillait depuis peu ? De la place Vendôme au quartier des diamantaires d’Anvers, ce polar nous entraîne dans un monde confidentiel et feutré où, comme les diamants, la vérité comporte bien des facettes. »

Le Sacre des Impies de Ghislain Gilberti, aux éditions Cosmopolis le 17 septembre 2020
Résumé indisponible

Le dernier message de Nicolas Beuglet, aux éditions XO le 17 septembre 2020
Résumé indisponible

Dieu aime les rousses de Martine Marie Muller, aux Presses de la Cité le 17 septembre 2020
« Des années 1910 à 1960. Excentriques et altruistes, les Hocquelus vivent la douceur des jours dans leur propriété normande, au cœur d’un merveilleux jardin. La réalité rattrape cette tribu d’originaux quand le crime puis la guerre s’immiscent dans leur quotidien, épreuves qu’ils vont traverser avec leur sens unique du sublime et de l’humour.
Au domaine du Paradou, perché sur une falaise normande, les d’Hocquelus ont fait du bonheur un art de vivre. Fous de jardins et d’une fantaisie inégalable, ils ont jugé artistique d’adopter trois fillettes d’une rousseur toute préraphaélite. Morag, Felicity, Bonnie. On parle anglais à table, on travaille dans les sept jardins, on reçoit des artistes. Mais, en août 1939, un peintre célèbre est assassiné au Paradou. Et l’inspecteur chargé de l’enquête n’est autre que l’ancien fiancé de Morag. Qui est le coupable ? Dora, l’épouse et artiste brimée ? Jiddu, l’Indien énigmatique ? Ou la « reine mère », prête à se débarrasser de ce gêneur comme d’un arbre mort qui masquerait la vue sur la mer ? La déclaration de guerre et l’étrange disparition de Morag et Jiddu vont retarder la découverte de l’assassin. Et celle des secrets de la famille…
Un univers à la Agatha Christie, une plume teintée d’humour et d’excentricité. »

Larmes de fond de Pierre Pouchairet, aux éditions Filatures le 18 septembre 2020
« Jean de Frécourt, homme d’affaires et ancien haut-fonctionnaire, est agressé par une bande d’hommes cagoulés dans son appartement des quais de l’Odet, à Quimper. Malmené, insulté et terrorisé, il est emmené de force dans le coffre d’une voiture pour une destination inconnue. On le jette dans un abri creusé dans la terre, sur une île des Glénan. Léanne dirige l’antenne finistérienne de la PJ de Rennes.
Chargée par sa direction d’une mission confidentielle, elle surveille à la fois un jeune geek et un certain Frécourt, impliqué dans deux sombres affaires politiques et de corruption, mais plus récemment dans des trafics d’armes et de drogue. Alors qu’elle décortique les zonzons, elle comprend qu’il a été enlevé mais que la famille n’a pas fait appel à la police pour payer la rançon… »

La Valse des éphémères de Virginie Lloyd, en autoédition le 18 septembre 2020
« Eliott et Gabrielle vivent leur vie de gosses des quartiers populaires. Petits boulots, coups tordus et rêves éphémères.
Alexander Clayton, entomologiste passionné et solitaire, tente de renouer avec le monde qui l’entoure.
Mais dans ce Paris surveillé par des flics enragés et une justice prédatrice, leur monde est sur le point de se faire écraser.
Dès lors, les instincts se révèlent. D’un côté, la loi. De l’autre, ceux qui n’ont plus rien à perdre.
Un roman noir inspiré de faits réels qui nous plonge dans le Paris du début du XXème siècle et qui nous pose cette question terriblement d’actualité :
Supporteriez-vous de vivre dans un pays où la pauvreté est un crime ? »

Sous la parapluie d’Adélaïde de Romain Puèrtolas, aux éditions Albin Michel le 30 septembre 2020
« Rose Rivière est étranglée sur la place de la petite ville de M, au milieu de 500 personnes qui assistaient au spectacle de Noël, sans que personne ne voit rien. Une photo prise par un journaliste local montre deux mains noires encerclant son cou. Le seul Noir vivant à M est rapidement incarcérée mais son avocate, commise d’office, est persuadée de son innocence.

Et puis mourir de Jean-Luc Bizien, aux éditions Fayard le 30 septembre 2020
« A Paris, tous les services de police sont mobilisés par les manifestations des gilets jaunes. A chaque défilé, des meurtres sont commis dans les quartiers bourgeois de la capitale. Le commandant Jean-Yves Le Guen et son adjoint, le capitaine Patriziu Agostini, sont en charge de l’enquête. »

Les Monstres de Maud Mayeras, aux éditions Anne Carrière le 02 octobre 2020
« Une femme et ses enfants se cachent des autres humains, qu’ils considèrent comme des monstres. Ils sont protégés par Aleph, le père, qui leur apporte de la nourriture. Mais quand ce dernier ne revient par et que des hommes frappent à leur porte, ils doivent sortir et affronter l’extérieur. »

Les nuits rouges de Sébastien Raizer, aux éditions Gallimard (Série Noire) le 08 octobre 2020
« Dans la vallée post-industrielle du nord-est de la France, les travaux d’arasement du crassier mettent au jour un cadavre momifié depuis 1979, année de l’explosion des violences qui furent le point d’orgue du sacrifice de cette région sidérurgique. Il s’agit du père de deux frères jumeaux qui avaient 9 ans lorsqu’il a disparu. On leur a laissé croire qu’il les avait abandonnés. Brouillés depuis des années, tout les oppose : Dimitri est un paumé trempant vaguement dans la came, Alexis est informaticien dans un réseau bancaire du Luxembourg. Pour venger la mort du père, Dimitri replonge dans les combats de l’époque et ranime sans le vouloir, quarante ans après, les nuits rouges de la colère. »

Le Quatrième Rassemblement de Cyril Carrère, aux éditions Cosmopolis le 08 octobre 2020  
Résumé indisponible

Quartier Libre de Vincent Lahouze, aux éditions Michel Lafon le 15 octobre 2020
« En février 2017, dans une banlieue de Toulouse, Olivier, un éducateur âgé d’une trentaine d’années, assiste à la veillée funèbre d’Ismahane, une jeune fille insolente, libre et charismatique qui était sa protégée depuis son enfance. Pour tenter de comprendre les raisons de son suicide, il mène son enquête au sein d’un quartier régi par ses propres lois dont la violence est le lot quotidien. »

Face Mort de Stéphane Marchand, aux éditions Fleuve Noir le 15 octobre 2020
« Le sous-lieutenant Georges Kabla, petit génie tout juste sorti de Polytechnique, effectue son stage au centre radioélectrique des Alluets-le-Roi, en réalité une base d’écoute de la DGSE. Sa mission ? Paramétrer Face Mort, un algorithme de reconnaissance faciale extrêmement sophistiqué. Quand la machine déclenche une alerte après avoir détecté et analysé une vidéo, la France se retrouve en première ligne face à une conspiration impitoyable…
À des milliers de kilomètres de là, de l’autre côté de la Méditerranée, en Afrique du Nord, une femme traque dans le plus grand secret les djihadistes français pour les éliminer. Maxime Barelli, capitaine dans les forces spéciales, affronte ses vieux démons, mais obéit aux ordres. Jusqu’à ce matin où elle découvre qu’une arme inconnue vient d’être testée dans une petite ville de Libye. Une arme qui choisit ses victimes, aussi insaisissable que l’air, et qui menace l’Hexagone ! »

    

La publication a un commentaire

  1. Kim Daher

    Les disparues du tableau à l'air vraiment bien, j'aime beaucoup ce genre d'histoire surtout quand les meurtres sont liés à la peinture

Laisser un commentaire