Focus sur… « Albert Camus, l’icône de la révolte », documentaire diffusé ce 4 janvier 2020 à 21h sur Public Sénat

Si je ne sais toujours pas pourquoi j’ai eu la chance de me retrouver parmi les invités, je tiens tout d’abord à chaleureusement remercier toute l’équipe de Public Sénat pour m’avoir offert pareille opportunité… Laquelle ? Laissez-moi donc vous expliquer pour ce premier article de l’année…
C’était le 03 décembre dernier à l’Arlequin, charmant petit cinéma parisien dans lequel je me rendais avec force impression et timidité, munie d’une invitation que la chaîne Public Sénat m’avait préalablement envoyée après m’avoir contactée sur les réseaux sociaux. J’avais alors la chance d’assister à l’avant-première d’un documentaire consacré à Albert Camus, qui sera diffusé ce soir, 04 janvier 2020, sur la chaîne Public Sénat. Une date qui n’a pas été choisie au hasard puisque l’écrivain disparaissait il y a précisément 60 ans, le 04 janvier 1960, dans un dramatique et accident de voiture.


Un auteur dont je sais déjà beaucoup de choses et pourtant si peu lorsque je franchis les portes de cette salle obscure le 03 décembre dernier. En effet…
D’Albert Camus je sais qu’il est né en 1913 en Algérie d’un père qu’il ne connaîtra jamais, victime d’un éclat d’obus lors du premier conflit mondial qui nous opposa à l’Allemagne, qu’il est très vite diagnostiqué comme atteint de la tuberculose, une maladie qui lui vaudra de frôler la mort mais qu’il saura combattre jusqu’à ce tragique accident qui lui coûta la vie dans la voiture de Michel Gallimard.
D’Albert Camus je sais qu’il est l’auteur d’une œuvre particulièrement riche et prolifique, parmi laquelle on trouvera notamment des essais comme « Le Mythe de Sisyphe » (1942) ou « L’Homme révolté » (1951), des romans comme « L’Etranger » (1942), « La Peste » (1947) ou encore « La Chute » (1956), des pièces de théâtre comme « Caligula » (1938) ou bien « Les Justes » (1949).



Mais le documentaire qui s’offre à vous ce soir après m’avoir été présenté le 03 décembre dernier vous en révélera bien davantage sur le lauréat du Prix Nobel de littérature 1957, de ces éléments qu’on ne saurait trouver dans les ouvrages scolaires : Il vous dévoilera l’homme, oui l’homme plus que l’écrivain, dans toute sa force et sa faiblesse, dans toutes ses valeurs et ses contradictions, dans toute son authenticité et son actualité, dans tous ses principes et sa modernité.



Coproduit par la chaîne et PLAJ Productions, réalisé par Fabrice Gardel et Mathieu Weschler, ce petit film inédit judicieusement titré d’environ une heure nous présente ainsi Albert Camus comme il ne l’a jamais été : Plus vivant et actuel que jamais. Au travers d’images et autres éléments d’archives inédits, outre différents témoignages tout à la fois forts et même teintés d’humour de Catherine Camus (fille de l’auteur), Abd Al Malik ou encore Raphaël Enthoven, le téléspectateur (re)découvrira cette personnalité unique, remarquée et révélée par son instituteur Louis Germain qui lui ouvre le monde des études puis les milieux intellectuels avec la brillante carrière qu’on lui connaît, mais aussi les multiples combats de l’auteur contre les dérives de son temps, des combats pas toujours simples et pas si lointains dont les principes résonnent et raisonnent encore de nos jours et plus encore en cette période obscure. Il (re)découvrira en outre comment cet auteur de référence parmi les plus lus en France comme à l’étranger, dont la plume demeure aussi passionnante que passionnée, aussi inspirante qu’inspirée, fait encore écho aujourd’hui, notamment parmi les défenseurs des libertés, pour faire de lui plus qu’une figure intellectuelle mais bien une « icône de la révolte« .



Ce brillant documentaire se fait aussi transparent sur les nombreuses difficultés auxquels l’écrivain a dû faire face : il en va ainsi des nombreuses critiques dont il a fait l’objet, et notamment de la part de Jean-Paul Sartre, son plus fervent adversaire après l’avoir tant admiré, mais également de sa délicate position durant la Guerre d’Algérie, pays qui l’a vu grandir auquel il est resté profondément attaché. Bien qu’incompris parfois, Albert Camus restera pourtant toujours fidèle à ses pensées, à ses idées dont il nous reste encore beaucoup à apprendre et qu’il convient de (re)lire : Parce qu’il parle à tous, parce qu’il parle de nous, raison pour laquelle il demeure un modèle tout à fait moderne et actuel, que chaque génération parvient à se (ré)approprier.
Autrement dit et pour conclure, je vous invite vivement à visionner ce documentaire à la fois original et enrichissant – Parce qu’Albert Camus a du « style » comme le dit si bien Abd El Malik – diffusé ce soir, samedi 04 janvier 2020 à 21h sur la chaîne Public Sénat !


Laisser un commentaire