Libérés… Déconfinés… Le Club de Lecture Virtuel revient avant l’été !

Mes petits Bookinautes chéris : C’est avec retard que je vous retrouve par ici… Si seulement votre petite blogueuse déjantée savait se raisonner, elle tenterait de se ménager… Mais je n’ai jamais su faire, vous me connaissez : Aussi j’essaie de conjuguer mon travail et ma passion avec la préparation de mon mariage et la vie quotidienne… Ainsi que d’autres activités telles que la course à pied, parce que je ne suis jamais assez débordée !

Pour autant, et même si je me vois tout de même contrainte et forcée de devoir lever le pied dans les semaines et mois à venir, je ne lâcherai rien, car j’aime ces rendez-vous réguliers avec vous, mes Bookinautes adorés, oui j’aime vous retrouver pour papoter lecture en votre compagnie autour d’une thématique, j’aime ce Club de lecture dont la virtualité nous a permis de tenir et le maintenir malgré la crise sanitaire !

« A demi-confinés mais parés à bouquiner : Plongeons ensemble dans une lecture aux couleurs du printemps pour mieux nous évader ! » Voilà un thème qui vous bigrement inspirés puisque nous étions pas moins de quinze inscrits pour nous lancer dans cette nouvelle aventure livresque ! Si nous ne sommes que douze à avoir franchi la ligne d’arrivée, je tiens à vous remercier pour votre enthousiasme et la richesse de vos idées !

Mais je n’ai déjà que trop papoté : Bienvenue au Club et place aux retours de lecture…

  • Et c’est à ma chère Hamida que je laisse le soin d’ouvrir ces livresques festivités ! L’une de mes plus fidèles abonnées et grande habituée de ce Club, Hamida a choisi de se plonger dans « La lumière était si parfaite » de Carène Ponte, paru ce 15 avril 2021 chez Fleuve Editions !

Quatrième de couverture : Il suffit parfois d’un rien pour que la vie s’éclaire.
Comment sa vie a-t-elle pu lui échapper à ce point ? Devenue mère au foyer à la naissance de ses enfants, Megg fait face aujourd’hui à une ado en crise qu’elle ne reconnaît plus. Son mari ne se préoccupe guère des tâches quotidiennes. Et puis il y a eu le coup de grâce, cette saleté d’infarctus qui a fauché sa mère avant l’heure. Tandis qu’elle se résout à vider la maison de son enfance, Megg déniche une pellicule photo qui l’intrigue, et décide de la faire développer. Rien ne pouvait la préparer à la série de clichés qu’elle découvre alors… Une révélation qui bouleversera sa vie. Partie sur les traces d’un passé maternel dont elle ignore tout, Megg ne se doute pas que c’est son avenir qu’elle est en train de reprendre en main.

Pourquoi avoir choisi ce titre ? Je suis une fervente lectrice des livres de Carène Ponte, du coup j’attendais son nouveau roman avec impatience… Il sortait pile au moment de cette nouvelle session et sa couverture me semblait en parfaite adéquation avec ce nouveau thème : Le choix fut vite fait !

Qu’as-tu pensé de cette lecture ? Encore une fois Carène Ponte m’a embarquée dans cette nouvelle aventure aux côtés de Megg et sa fille Lalie ainsi que sa voisine Romy ! Un roman qui m’a fait voyager, saliver, rire et pleurer… Une vraie bulle d’oxygène en cette période difficile et c’est tellement bien écrit… Un vrai régal ! J’attends maintenant (et déjà !) le prochain !

  • Autre grande habituée et fidèle soutien sur lequel je sais toujours pouvoir compter, c’est maintenant à ma copinaute Corinne que je donne la parole pour nous parler de « L’habit de fait pas le moineau » de Zoé Brisby, un roman paru en 2019 aux éditions Mazarine et lauréat du Prix Mazarine Book Day, désormais disponible aux éditions Livre de Poche !

Quatrième de couverture : Maxine, vieille dame excentrique, s’échappe de sa maison de retraite, avec un projet bien mystérieux.
Alex, jeune homme introverti au cœur brisé par un chagrin d’amour, décide sur un coup de tête de faire un covoiturage.
Réunis dans une Twingo hors d’âge, les voici qui s’élancent à travers le pays.
Mais quand Maxine est signalée disparue et que la police s’en mêle, leur voyage prend soudain des allures de cavale inoubliable. C’est le début de la plus belle aventure de leur vie…

Pourquoi avoir choisi ce livre ? J’ai rencontré Zoé Brisby lors de l’une des rares séances de dédicaces maintenues près de chez moi l’année dernière. Son roman était depuis dans ma PAL. En voyant le thème de ce nouveau club de lecture, j’ai tout de suite pensé à lui. D’abord par son titre qui fait référence aux moineaux donc au printemps et ensuite parce que c’est l’histoire d’une grande évasion !

Qu’as-tu pensé de cette lecture ? Sans être un coup de cœur, ce roman est une belle découverte. L’histoire est originale et menée par deux personnages hauts en couleur et pourtant aux antipodes l’un de l’autre. Maxine et Alex sont réellement attachants.
C’est une belle histoire pleine de sentiments en tout genre, un roman sensible et drôle. L’auteur y aborde avec beaucoup de finesse la maladie d’Alzheimer et l’euthanasie. Certains passages particulièrement émouvants pourraient vous tirer une petite larme. Mais Zoé Brisby contrebalance très vite ces passages avec une touche d’humour. C’est très bien écrit.

  • Unique membre de ma DreamBookTeam à participer et franchir la ligne d’arrivée cette fois-ci, ma chère Maman Roseline s’est quant à elle plongée dans « Peindre la pluie en couleurs » d’Aurélie Tramier, un roman paru l’an dernier aux éditions Marabout dans la collection « La Belle Etoile » !

Quatrième de couverture : Morgane est directrice de crèche. Solitaire, fermée, elle ne supporte plus les enfants et rêve d’acheter une pension pour chiens. Tout vole en éclats lorsque sa sœur meurt dans un accident de voiture, lui laissant deux enfants en héritage. Eliott et Léa vont bousculer le quotidien de leur tante et faire ressurgir chez elle de douloureuses blessures profondément enfouies.
Peindre la pluie en couleurs est un livre sur l’amour maternel et la résilience. Grâce à l’alternance des voix de Morgane et d’Eliott, Aurélie Tramier nous conduit avec délicatesse sur le chemin d’une renaissance. Car oui, il n’est jamais trop tard pour peindre la pluie en couleurs.

Pourquoi avoir choisi ce titre ? J’aime lire mais, comme souvent, un thème ne m’inspire pas forcément un titre en particulier, je t’ai donc demandé conseil pour participer à ce nouveau Club de lecture et j’ai jeté mon dévolu sur celui-ci, essentiellement pour son titre que j’aime énormément.

Qu’as-tu pensé de cette lecture ? C’est un roman magnifique, très bien écrit et qui se lit facilement, parfois difficile mais qui déborde d’émotions au fil des pages tant les personnages sont attachants. J’ai vraiment aimé cette lecture et je la recommande vivement !

  • Parce que je suis toujours ravie d’accueillir de nouveaux aventuriers pour partir à la découverte de nouvelles lectures, c’est avec plaisir que j’accueille Céline, laquelle a choisi pour sa première participation de se plonger dans « Printemps » de Mons Kallentoft, un roman initialement paru aux éditions du Serpent à Plumes et disponible au format poche chez Points !

Quatrième de couverture : Dans la lumière printanière éclatante de Linköping, une déflagration sonne la mort de deux anges blonds. Acte terroriste ou guerre des gangs ? Toutes les pistes sont ouvertes. Pour l’enquêtrice Malin Fors, la mort des enfants n’est pas fortuite, la bombe n’a pas pu frapper au hasard. Son passé tourmenté entre en résonance avec cette sordide affaire. Partout, des secrets éclosent…

Pourquoi avoir choisi ce titre ? Parce qu’à défaut des couleurs, le titre correspondait parfaitement à la thématique… N’étant lectrice que de littérature noire et te sachant aussi grande adepte du genre, je me suis dit que tu ferais preuve d’indulgence en me permettant de participer avec ce livre.

Qu’as-tu pensé de cette lecture ? Si ce n’est pas mon opus préféré, j’ai beaucoup aimé ce quatrième tome des aventure de Malin Fors. Pour ceux qui seraient intéressés, je conseille toutefois de lire les livres de cet auteur dans l’ordre pour en appréhender toute la richesse et l’originalité.

  • Autre petite nouvelle dans cette belle aventure livresque, que je connais pourtant très bien par ailleurs, j’ai la chance et le plaisir d’accueillir Sarah au sein de ce Club de Lecture Virtuel ! Je lui souhaite la bienvenue et la laisse désormais vous présenter « Le Printemps du Commissaire Ricciardi » de Maurizio De Giovanni, un roman paru aux éditions Rivages !

Quatrième de couverture : Luigi Alfredo Ricciardi, commissaire à la questure royale de Naples, a un don particulier : il voit la souffrance des morts et les entend parler. Aidé de son fidèle adjoint, il enquête dans les quartiers pauvres de la ville où on a découvert le corps de la vieille Carmela Calise, cartomancienne et usurière à ses heures. Que va révéler la morte au commissaire ? Les secrets de ses clients sont bien gardés. En ce printemps de l’année 1931, la ville de Naples a l’odeur de la haine, du sang et des amours déçues. Le printemps du commissaire Ricciardi est le deuxième volet de la série napolitaine créée par Maurizio De Giovanni.

Pourquoi avoir choisi ce titre : J’avais lu la précédente saison du Commissaire Ricciardi et j’avais beaucoup aimé. Du coup je me suis (enfin !) lancée dans ce Club de Lecture avec ce titre qui traînait dans ma PAL depuis un moment et qui n’attendait qu’une belle occasion d’en sortir.

Qu’as-tu pensé de cette lecture ? J’avais beaucoup aimé le premier, j’ai adoré le second et je continuerai la série bien plus rapidement que je ne l’ai commencée ! Le contexte historique est très bien retranscrit, l’intrigue est super bien ficelée, intéressante de bout en bout et j’apprécie toujours autant ce Commissaire que tu dois impérativement rencontrer ainsi que tes abonnés !

  • Qu’ils en soient à leur première ou énième participation, le Club de lecture est une réunion de lecteurs tous plus passionnés les uns que les autres et c’est précisément ce qui me plaît ! J’ai maintenant le plaisir de retrouver Aurore, lectrice mais aussi blogueuse et gérante d’un groupe Facebook qui a opté pour « Les enquêtes de Perséphone, Tome 1 : Crime d’avril ne tient qu’à un fil » d’Elodie Delfa paru en début d’année aux éditions Alter Real !

Quatrième de couverture : Perséphone Murier a le vent en poupe : elle s’apprête à reprendre l’entreprise d’événementiel de sa tante Janis. Pour sa première mission, elle doit dénicher le lieu idéal pour le mariage de l’une de ses amies. Morne Etang, ce domaine entre vignes et garrigues, dans le sud-ouest de la France est parfait pour ça !
Mais le rêve tourne au cauchemar. Entre les hôtes du manoir qui sont tout sauf accueillants et le terrible orage qui les coupe brutalement du reste du monde, le séjour de Perséphone s’annonce très mal.
Au moment où elle pensait que la coupe était pleine, Perséphone découvre un cadavre dans l’étang… Et la noyée porte sa veste !
Quels terribles secrets cachent les résidents ? Et qui est vraiment Adalric Toussaint-Malvac, le séduisant viticulteur héritier de Morne Étang ? Perséphone n’est pas au bout de ses surprises !
Un huis clos entre suspense et humour avec une héroïne qui n’a pas froid aux yeux, n’a pas sa langue dans sa poche et est gourmande comme pas deux. Déterminée, curieuse et spontanée, elle vous charmera autant qu’elle vous fera rire !

Pourquoi avoir choisi ce titre ? Le titre et la couverture de ce livre m’ont fait tilt dès que j’ai découvert le thème du nouveau club de lecture. Une enquête policière pleine de peps et d’humour pour attaquer ce printemps qui débute.
Une envie d’un polar plus léger qu’habituellement m’a donné envie de me plonger dans ce livre.

Qu’as tu pensé de ta lecture ? Une enquête sympathique et pleine de bonne humeur. On est très loin des polars noirs et sanglants. C’est très frais, très agréable à lire et on adore suivre les aventures (ou mésaventures) de Perséphone.
Le roman est très axé sur l’héroïne et du coup ça manque peut-être un peu de développement dans la partie enquête.
Pour autant, la résolution de l’intrigue est bien emmenée, surprenante et cohérente avec l’histoire.
Une fin ouverte nous emmène tout droit vers la prochaine enquête de Perséphone !

  • Retrouvons à présent l’une des plus fidèles aventurières de ce Club de lecture, il s’agit bien évidemment de ma copinaute Valérie, alias Sally sur les réseaux sociaux, blogueuse littéraire qui ne manque pas d’idées pour alimenter votre PAL ! Pour l’occasion, elle a choisi de se plonger dans « Easter Parade » de Richard Yates, un roman paru aux éditions Robert Laffont dans la collection Pavillons et désormais disponible en version poche chez le même éditeur !

Quatrième de couverture : Décrire « la vie comme elle va » : on pourrait résumer ainsi l’ambition et la morale de ce roman que Richard Yates, l’auteur de La Fenêtre panoramique et de Onze histoires de solitude, a consacré à son thème favori, « l’american way of life », et à ses héros favoris, les gens ordinaires. On y suit l’existence de deux sœurs, Emily et Sarah, depuis leur plus tendre enfance jusqu’à l’âge mûr. Elles connaîtront des instants de joie et parfois de plaisir, elles se marieront, divorceront, auront des aventures. Pendant que leurs parents, deux excentriques, vieilliront avant de disparaître. Dans le style plein de retenue et de simplicité qui a fait de lui l’un des « grands » des lettres américaines de la seconde moitié du XXe siècle, Richard Yates parvient à atteindre une profondeur bouleversante en évitant tout pathos. Avec un brio hors pair, son roman incite le lecteur à une passionnante réflexion sur l’existence.

Pourquoi avoir choisi ce titre ? Ce livre s’est retrouvé dans ma PAL car je souhaitais connaître cet auteur américain qui fait partie des grands littérateurs américains.
Le titre (Parade du printemps en anglais) m’a semblé tout à fait pertinent compte tenu du thème de cette édition du Club de lecture. Il s’avère que le corps du texte l’est un peu moins mais Richard Yates a comblé mon attente : c’est un grand écrivain.

Qu’as-tu pensé de cette lecture ? « Aucune des deux sœurs Grimes ne serait heureuse dans la vie, et à regarder en arrière, il apparaît que les ennuis commencèrent avec le divorce de leurs parents. »
Tel est l’incipit de ce formidable roman qui met en scène deux sœurs nées aux Etats-Unis dans les années 1920.
Le divorce de leurs parents marginalisera Sarah et Emily et surtout les amènera à déménager sans cesse, leur mère étant incapable de se stabiliser.
Le mariage de Sarah aura lieu le week-end de l’Easter Parade, fête américaine qui célèbre l’arrivée du printemps et sa cohorte d’espérances et de promesses. Pris en photo sur le vif, Sarah et son mari feront la une du journal local. Cette image restera celle des espoirs déçus des deux sœurs.
Sarah aura rapidement des enfants alors qu’Emily enchaînera les aventures et les liaisons. Chacune sera le portrait symbolique de deux types de femmes qui traverseront leur vie en boîtant, l’une en mère de famille au foyer vivant à la campagne, l’autre célibataire, occupant un emploi et vivant à New-York.
Par petites phrases apparemment anodines, l’auteur nous emmène dans les profondeurs de ses protagonistes, n’omettant pas l’importance des seconds rôles, ceux qui façonnent le destin des personnages principaux.
Ce roman peut se lire d’une traite, il nous raconte des vies désenchantées, ordinaires mais avec tellement de justesse. De la belle littérature.

  • Et si j’en profitais à présent pour prendre à mon tour la parole et vous présenter le livre que j’ai choisi pour ce Club de Lecture ? Mes Bookinautes adorés, laissez-moi vous parler de « Tout le bleu du ciel » de Mélissa Da Costa, un roman initialement paru aux éditions Carnets Nord et maintenant disponible au Livre de Poche !

Quatrième de couverture : Petitesannonces.fr : Jeune homme de 26 ans, condamné à une espérance de vie de deux ans par un Alzheimer précoce, souhaite prendre le large pour un ultime voyage. Recherche compagnon(ne) pour partager avec moi ce dernier périple.
Émile a décidé de fuir l’hôpital, la compassion de sa famille et de ses amis. À son propre étonnement, il reçoit une réponse à cette annonce. Trois jours plus tard, devant le camping-car acheté secrètement, il retrouve Joanne, une jeune femme coiffée d’un grand chapeau noir qui a pour seul bagage un sac à dos, et qui ne donne aucune explication sur sa présence.
Ainsi commence un voyage stupéfiant de beauté. À chaque détour de ce périple naissent, à travers la rencontre avec les autres et la découverte de soi, la joie, la peur, l’amitié, l’amour qui peu à peu percent la carapace de douleurs d’Émile.

Pourquoi avoir choisi ce titre ? Honte à moi qui n’avais pas encore pris le temps de lire ce roman qui traîne dans ma PAL depuis déjà un long moment, et ce alors même que j’en ai toujours entendu le plus grand bien… J’ai d’abord hésité en annonçant le thème de cette nouvelle session… Et très vite ce titre s’est imposé : Il était temps de découvrir « Tout le bleu du ciel » !

Qu’as-tu pensé de cette lecture ? Voilà un roman face auquel on ne peut décidément demeurer insensible, tant il regorge d’humanité comme d’émotions…
Un roman qui redonne goût à la vie malgré ses épreuves et ses injustices, un roman qu’on savoure comme on doit savourer chaque instant de notre existence.
Parce qu’il est servi par un duo des plus insolites et attachants qui nous offrent le plus beau et le plus bouleversant des voyages… Un voyage multiple d’ailleurs, parce qu’il est aussi intérieur…
Un roman servi par une plume fluide, attrayante et agréable, un style tout à la fois frais et bouleversant… Pour une parenthèse de tendresse et de bienveillance qu’on apprécie de la première à la dernière ligne !

  • Parce qu’un roman de Mélissa Da Costa peut en cacher un autre, je laisse maintenant la parole à ma chère copinaute Aurore, elle aussi grande lectrice et fidèle parmi les fidèles de mon petit antre littéraire, laquelle réitère l’aventure du Club de lecture avec « Les lendemains » de Mélissa Da Costa, un roman paru l’an dernier aux éditions Albin Michel et maintenant disponible au Livre de Poche !

Quatrième de couverture : Réfugiée dans une maison isolée en Auvergne pour y vivre pleinement son chagrin, Amande ne pensait pas que l’on pouvait avoir si mal. Les jours se suivent et dehors le soleil brille, mais, recluse, elle refuse de le voir. Lorsqu’elle tombe par hasard sur les calendriers horticoles de l’ancienne propriétaire des lieux, elle décide pourtant, guidée par les annotations manuscrites de Madame Hugues, d’essayer de redonner vie au vieux jardin abandonné. Au fil des saisons, elle va puiser dans ce contact avec la terre la force de renaître et de s’ouvrir à des rencontres uniques. Jusqu’à ce que chaque lendemain redevienne, enfin, une promesse d’avenir.
Un roman subtil et plein d’émotion qui nous invite à ouvrir grand nos yeux, nos sens et notre cœur, et un formidable hymne à la nature qui nous réconcilie avec la vie.

Pourquoi avoir choisi ce livre ? Lors d’une visite en librairie, mon œil a été attiré par la couverture de ce livre, une maison et des petites fleurs, ce qui m’a immédiatement fait penser au printemps. Quant au titre, il invitait, selon moi, à dépasser le temps présent incertain pour se projeter dans l’avenir.

Qu’as tu pensé de cette lecture ? J’ai apprécié ce deuxième roman de Mélissa Da Costa. L’autrice choisit une nouvelle fois un thème difficile puisqu’après avoir évoqué la maladie et la dégénérescence dans son premier livre, elle aborde ici la perte d’un être cher. Cependant, elle réussit à trouver les mots justes pour évoquer le chemin de la reconstruction après une telle épreuve. Ce roman mêle, au fil des saisons, souvenirs et tranches de vie du présent, bons moments et passages difficiles. Il est une ode à la vie et à la nature. Les personnages sont touchants. Ils ressentent et vivent chacun à leur manière cet événement traumatique. J’ai été secouée et émue par ce livre que j’ai eu du mal à refermer.

  • Ravie d’avoir su attirer de nouvelles recrues pour participer à mon petit Club de Lecture Virtuel, laissez-moi désormais accueillir Amandine, charmante lectrice qui a choisi de célébrer son baptême littéraire avec « Changer l’eau des fleurs » de Valérie Perrin paru aux éditions Albin Michel et maintenant disponible au Livre de Poche, Lauréat du Prix Maison de la Presse 2018 !

Quatrième de couverture : Violette Toussaint est garde-cimetière dans une petite ville de Bourgogne. Les gens de passage et les habitués viennent se réchauffer dans sa loge où rires et larmes se mélangent au café qu’elle leur offre. Son quotidien est rythmé par leurs confidences. Un jour, parce qu’un homme et une femme ont décidé de reposer ensemble dans son carré de terre, tout bascule. Des liens qui unissent vivants et morts sont exhumés, et certaines âmes que l’on croyait noires, se révèlent lumineuses.
Après l’émotion et le succès des Oubliés du dimanche, Valérie Perrin nous fait partager l’histoire intense d’une femme qui, malgré les épreuves, croit obstinément au bonheur. Avec ce talent si rare de rendre l’ordinaire exceptionnel, Valérie Perrin crée autour de cette fée du quotidien un monde plein de poésie et d’humanité.
Un hymne au merveilleux des choses simples.

Pourquoi avoir choisi ce titre ? Voilà un moment que je souhaitais lire ce livre. Les fleurs présentes dans le titre comme sur la couverture… Jusque dans le prénom de l’héroïne m’ont poussée à participer au Club avec lui !

Qu’as-tu pensé de cette lecture ? Un roman magnifique et bouleversant, que je n’ai posé qu’avec obligation et à regret lorsque je devais retourner à mon quotidien. Et au final j’ai même « ralenti » mon rythme de lecture parce que je ne voulais pas le quitter, je me suis profondément attachée à Violette et tous les personnages qu’on rencontre au fil des pages et la plume de l’auteure est superbe. C’est un vrai coup de cœur !

  • C’est à présent au tour de ma petite Julie de passer par ici pour nous dévoiler la lecture que ce thème lui a inspiré… Et elle s’est ainsi laissée entraîner dans « Le tourbillon de la vie » d’Aurélie Valognes, tout juste paru aux éditions Mazarine !

Quatrième de couverture : Le temps d’un été, Arthur et son petit-fils rattrapent les années perdues. Plus de 60 ans les séparent, mais ensemble ils vont partager les souvenirs de l’un et les rêves de l’autre. Le bonheur serait total si Arthur ne portait pas un lourd secret.
Un roman sur le temps qui passe, la transmission et les plaisirs simples qui font le sel de la vie.
Entre émotion, rire et nostalgie, Aurélie Valognes nous touche en plein cœur.

Pourquoi avoir choisi ce titre ? Je ne manque jamais un nouveau roman d’Aurélie Valognes et son dernier venait tout juste de paraître en librairie lorsque tu nous as annoncé le nouveau thème… Les fleurs et les couleurs de cette couverture me paraissaient toutes indiquées pour m’inscrire à cette nouvelle session !

Qu’as-tu pensé de cette lecture ? Sans surprise, ce nouveau roman est encore une réussite, un véritable concentré de bonheur et d’émotions, un roman qui nous touche de la première à la dernière page tant il est bouleversant et criant de vérité. Sa plume est toujours aussi belle et émouvante tout en restant fluide et facile à lire… Un plaisir de lecture que je vous invite à découvrir !

  • Last but not least, c’est à ma chère Marie, lectrice passionnée et participante assidue, que je laisse le soin de clore ce Club de Lecture avec « Les petites merveilles » de Lena Walker, paru l’an dernier aux éditions Michel Lafon !

Quatrième de couverture : Licenciée de son emploi de libraire qu’elle adorait, Eva se retrouve nounou pour les enfants d’une riche famille du très chic Ve arrondissement parisien.
Mais en acceptant ce travail, la jeune femme était loin d’imaginer que sous leurs airs d’enfants modèles Arthur, Rose et Louis lui donneraient tant de fil à retordre.
Aussi gaffeuse qu’attachante, Eva devra redoubler de patience et d’ingéniosité pour apprivoiser ces trois petits monstres et leur rendre le sourire.

Pourquoi avoir choisi ce titre ? J’avais repéré ce titre l’an dernier sur ton blog… Un livre sous un ciel magnifique et entourée de fleurs au Futuroscope… Et bizarrement c’est cette photo plus que la couverture qui m’est venue à l’esprit en découvrant ton nouveau thème… Je me suis dit que c’était un signe !

Qu’as-tu pensé de cette lecture ? Un bien joli titre pour une bien belle lecture ! J’ai beaucoup aimé ce roman plein de justesse et d’émotions, porté par une plume très agréable mais surtout par une poignée de personnages auxquels on ne peut que s’attacher. J’ai passé un excellent moment en leur compagnie et je suis ravie de cette découverte : J’ai vu d’autres titres de cette auteure, je suis sûre de me régaler !

C’est donc sur cette dernière lecture que se referment les portes de ce Club de Lecture Virtuel… Un Club particulièrement riche et tellement passionnant, jamais je n’en aurais tant espéré en me lançant de cette folle aventure : Aussi je vous remercie du fond du cœur d’avoir été si nombreux à participer !

Mais chaque clôture appelle un nouveau lancement : Ainsi est-il temps pour moi de vous dévoiler le thème qui va nous occuper cet été ! Vous êtes prêts ? Le voici :

Cet été, je me lance dans la lecture d’un roman primé !

Vous connaissez le thème… A présent prenons connaissance des petites règles à respecter :

– On s’inscrit par mail jusqu’au 13 juin 2021 à l’adresse suivante : aurelie.deslivresetmoi7@gmail.com
– On bouquine
– On répond aux deux petites questions…
* Pourquoi avoir choisi ce titre ?
* Qu’as-tu pensé de cette lecture ?
Le tout en un maximum de dix lignes transmises par mail à la même adresse au plus tard le 15 août 2021 !
– On se retrouve le dimanche 29 août 2021 pour un nouveau bilan… Et un nouveau thème pour la session suivante !

Vous avez le thème et (changement de service et mariage obligent…) beaucoup de temps à lui consacrer, je vous laisse donc faire preuve de curiosité et d’originalité ! Dans l’attente de vos mails et déjà impatiente de vous retrouver, je vous souhaite d’ores et déjà un bel été et de bonnes lectures jusqu’à la rentrée !

Laisser un commentaire