Chroniques 2021 \ Le pensionnat des innocentes d’Angela Marsons

Un thriller prenant et riche en émotions : « Le pensionnat des innocentes » d’Angela Marsons, initialement paru aux éditions Belfond et désormais disponible aux éditions Pocket, en lice pour le Prix des Nouvelles Voix du Polar 2021.

Le pitch : Ancienne directrice du Foyer pour jeunes filles de Crestwood jusqu’à son incendie, Teresa Wyatt est retrouvée noyée dans sa baignoire. C’est une affaire d’autant plus sinistre pour l’inspectrice Kim Stone que des fouilles doivent être réalisées sur le terrain du Foyer et permettent d’exhumer de nombreux ossements humains… Si les nerfs de l’enquêtrice sont mis à rude épreuve du fait de son propre passé tandis que les cadavres commencent à s’empiler, sa ténacité ne connaîtra aucune limite pour découvrir la vérité…

Si ce titre avait su attirer mon attention dès sa sortie pour sa couverture lugubre et son titre intrigant, c’est finalement dans sa version poche et à l’occasion du Prix des Nouvelles Voix du Polar que je me suis plongée dans cette lecture, ayant la chance de faire une nouvelle fois partie du Jury de cette formidable aventure littéraire organisée par la Team Pocket que je remercie du fond du cœur pour sa confiance renouvelée !

Pour son premier roman, l’autrice nous entraîne aux côtés d’une enquêtrice au caractère bien trempé à l’assaut d’un ancien Foyer dont les secrets et les cadavres remontent à la surface malgré son incendie il y a quelques années. A travers une intrigue fort prenante et très bien construite, l’autrice en profite pour nous dresser le triste bilan d’un système social défaillant et ses dérives, rendant le récit d’autant plus saisissant et intéressant mais aussi touchant car non dénué de sentiments.
Un récit d’autant plus touchant qu’il est servi par une galerie de personnages fort bien croqués, dotés d’une personnalité finement travaillée. Mention spéciale pour notre héroïne qui peut nous paraître froide et distante en plus d’être caractérielle de prime abord, mais on lui découvre une personnalité plus sensible tandis qu’on apprend à la connaître, ce qui la rend particulièrement plaisante et intéressante à suivre, dans cet opus et même plus puisqu’il s’agit du premier tome de ce qui pourrait être une série !
Le style est vif et efficace, la plume est fluide et agréable, l’intrigue est rythmée par des chapitres courts, nous offrant dès lors un très bon moment de lecture empreint de suspense et d’émotions.

En bref, belle découverte que ce premier polar aussi sombre que bien ficelé : « Nos Monstres » devraient bientôt sortir du placard de la librairie pour rejoindre ma PAL sans tarder !

Laisser un commentaire