Chroniques 2018 Un Havre de paix de Stanislas Petrosky

Un personnage hors norme et une enquête détonante : « Un Havre de paix » de Stanislas Petrosky, paru aux éditions French Pulp dans la Collection « L’Embaumeur« .
 
Le pitch : Tandis qu’il remplace un collègue au Havre, Luc Mandoline se rend au Centre Pénitentiaire de la ville à la demande de son ami Maxime, flic à Paris. Si les apparences laissent supposer qu’il se trouve face à un suicide, il en faut bien plus pour berner cet ancien légionnaire devenu thanatopracteur, surtout quand on sait que le défunt prisonnier était un flic infiltré pour faire tomber son codétenu dans une sombre affaire…
 
Si je connais l’énergumène de réputation, je n’avais pas encore eu l’occasion de rencontrer l’Embaumeur pour n’avoir jamais lu la moindre de ses trépidantes aventures. J’ai finalement attendu qu’il revienne sous la bannière des éditions French Pulp, sous la plume de Stanislas Petrosky et surtout sous le bandeau de mon auteur chouchou Olivier Norek pour me laisser tenter et faire plus ample connaissance avec l’intéressé… Si je pensais me le procurer en direct live du Havre, comme un clin d’œil au titre à l’occasion de mon week-end normand, la chose n’a pu se concrétiser et c’est finalement à domicile que je l’ai déniché… Acte manqué mais plaisir identique !
 
L’auteur nous entraîne ici dans une folle et affolante escapade normande pour une aventure sans temps mort ni répit d’un bout à l’autre du récit. L’auteur connaît sa région comme son sujet, aussi le lecteur ne tarde-t-il pas à se laisser convaincre pour le suivre jusque dans les couloirs du Centre Pénitentiaire pour une enquête à la fois sensible et musclée, où les rebondissements et autres péripéties ne vont décidément pas manquer pour son plus grand intérêt.
Si j’avoue ne rien savoir de ses précédentes tribulations, le lecteur rencontrera ici un Embaumeur haut en couleur, sans doute cousin d’un certain Requiem. Nous régalant de savoureux dialogues et méthodes insolites, le lecteur aura tôt fait de s’attacher à lui et ses acolytes, tous particulièrement bien campés pour former une équipe de choc qu’on se plaît à suivre.
Si le personnage a pris vie sous différentes plumes, c’est avec régal qu’on retrouve celle de Stanislas Petrosky, délicieusement piquante et addictive, ce style vif et acéré pour un moment de lecture délicieusement captivant et déjanté.
 
En bref, une rencontre de haut vol avec un Embaumeur que je suis bien décidée à retrouver !

Laisser un commentaire