Chroniques 2018 Le Signal de Maxime Chattam

Quand un auteur s’inscrit dans la lignée de H.P. Lovecraft ou Stephen King : « Le Signal » de Maxime Chattam, paru aux éditions Albin Michel.
 
Le pitch : Bienvenue à Mahingan Falls, petite bourgade isolée au fin fond des Etats-Unis où vient de s’installer les Spencer, charmante petite famille irréprochable et rayonnante qui a quitté l’enfer citadin pour profiter de la sérénité du coin. Seulement cette vie de rêve se transforme bientôt en véritable cauchemar lorsque les phénomènes étranges et inquiétants se multiplient, les morts s’accumulent et les vieilles histoires de sorcellerie s’animent…
 
« Le seul moyen de se délivrer d’une tentation, c’est d’y céder. Résistez et votre âme se rend malade à force de se languir ce qu’elle s’interdit »… Comprenez-moi mes chers amis, je n’ai fait que suivre le judicieux conseil d’Oscar Wilde en me plongeant dans cet intrigant bouquin que mon compagnon m’a gentiment offert pour mon anniversaire… Comprenez-moi mes chers amis, il m’aguichait depuis sa sortie, élégamment vêtu de noir, de ses pages jusqu’à cette magnifique couverture que les inscriptions argentées venaient encore sublimer… Comprenez-moi mes chers amis, si j’avoue ne pas être entièrement au fait de sa bibliographie, un thriller fantastique signé Maxime Chattam ne saurait patienter trop longtemps dans ma pile à lire !
 
Vous l’aurez compris mes chers amis, la passion et la curiosité l’ont ici emporté, aussi me suis-je donc lancée avec délice et fébrilité dans la lecture de ce joli pavé… 700 pages que je n’ai même pas vu défiler tant l’auteur a su m’attirer, me piéger, m’embarquer, me captiver et… Bon OK, me coller la chair de poule de temps à autre, je dois bien l’avouer !
En effet, l’auteur est décidément sournois et sait décidément y faire quand il s’agit de vous tourmenter ! Parce qu’il plante tranquillement son décor et vous invite ainsi dans un endroit idyllique, parce qu’il sait vous mettre en confiance en vous présentant une famille curieusement semblable à la sienne, à laquelle vous vous attachez d’autant plus vite que vous vous y intégrez sans aucune difficulté… Et PAF ! Vous voilà pris au piège d’une intrigue aussi prenante qu’angoissante, maîtrisée de main de maître par un auteur machiavélique…
Car après avoir endormi votre méfiance, l’auteur plus malin que le diable dissémine ça et là ce qu’il faut d’évènements étranges et inexpliqués, outre quelques macchabées pour nous inquiéter, puis nous effrayer, et même nous angoisser… Ainsi soumis à un suspense de tous les instants et une tension qui ne cesse de grimper, le lecteur se retrouve comme hypnotisé et n’a dès lors plus d’autre choix que de poursuivre sa lecture tant il veut savoir ce qu’il va arriver au détour du prochain chapitre : On n’est jamais plus rassuré qu’en connaissant la fin !  
En plus d’être captivante et bien ficelée, l’histoire est soutenue par une plume particulièrement fluide, dynamique et addictive, un style vif, efficace et soigné. Si l’auteur n’a plus rien à prouver pour nous faire flipper et se trouve incontestablement en univers connu, il n’hésite pas à explorer d’autres horizons qu’il intègre parfaitement bien à son récit tout en profitant de celui-ci pour rendre hommage à d’autres grands noms de la littérature horrifique.
 
En bref, c’est palpitant, c’est fascinant, c’est affolant, c’est éprouvant… C’est du Maxime Chattam : Il ne pouvait en être autrement ! 

Laisser un commentaire