Chroniques 2021 \ Le village perdu de Camilla Sten

Ou comment se faire flipper pour bien démarrer l’année : « Le village perdu » de Camilla Sten, paru le 1er octobre 2020 aux éditions du Seuil, catégorie thriller.
 
Le pitch : Isolée et sans histoires malgré quelques difficultés sociales, la petite Cité minière de Silvertjärn fait tristement parler d’elle en 1959, lorsque toute sa population disparaît sans laisser de traces à l’exception d’un cadavre lapidé et d’un bébé hurlant dans l’enceinte de l’école. Aujourd’hui encore, le mystère reste entier mais la jeune Alice Lindstedt, descendante de l’une des familles disparues, entend bien le résoudre et se rend ainsi sur place pour y réaliser un documentaire avec une petite équipe spécialement constituée pour le tournage… Mais une fois sur les lieux, d’inquiétantes ombres rôdent et d’étranges bruits se font entendre… Sont-ils vraiment seuls dans ce village perdu ? Seuls… Et en sécurité..?
 
Mes petits Bookinautes adorés, je ne suis pas peu fière de vous parler de cette lecture qui m’a accompagnée pour ce changement d’année ! Un bouquin repéré dès sa sortie en librairie grâce au site BePolar.fr mais que je ne me suis finalement procurée que le 26 décembre dernier lors de mon passage à la Maison de la Presse du Touquet : Petit cadeau de moi à moi pour un Noël thrilleresque comme je les aime ! 
 
Déjà fascinée par sa couverture et intriguée par son résumé, je n’ai évidemment pas tardé à rejoindre la petite équipe de tournage pour me rendre à Silvertjärn et découvrir de quoi il retournait dans ce village abandonné…
Et très vite je me suis laissée embarquer, non seulement par cette intrigue prenante et captivante à souhait, mais plus encore par l’ambiance pesante, anxiogène et angoissante que l’autrice a su y installer… En quelques pages, la tension grimpe, l’inquiétude nous gagne et le suspense nous attrape, et c’est à la fois curieux mais craintifs que l’on se met à tourner les pages… Si nous savons pertinemment que le danger – voire même la mort – nous attend au tournant, il nous est impossible de faire autrement : Il faut qu’on lise parce qu’il faut qu’on sache !
Aussi enchaînons-nous les chapitres à vitesse grand V pour parcourir les rues et explorer les bâtiments de ce sinistre village aux côtés d’une équipe que l’on apprend à connaître et à apprécier tout en découvrant l’histoire des habitants volatilisés. Et nos sentiments ne manqueront pas d’évoluer tandis que les noirs desseins de l’âme humaine se révèlent et se referment sur nous.
Servie par une plume remarquablement vive, agréable et soignée, un style attrayant, fluide et élégant, l’histoire n’en est que plus palpitante et passionnante. Si le dénouement me paraît trop brusque, c’est surtout parce que je serais bien restée dans ce roman quelques pages supplémentaires pour en savoir plus, toujours plus… C’est dire si l’immersion fût complète ! 
 
En bref, avec ce premier thriller diablement bien pensé, Camilla Sten n’est pas seulement la fille de Viveca Sten : C’est une autrice de talent dont je suivrai les prochaines parutions avec grand intérêt ! 

Laisser un commentaire