Potins Bouquins \ Mon fabuleux week-end à la Foire du Livre de Brive…

Mes petits Bookinautes adorés : Savez-vous ce qu’est une gueule de bois littéraire ? Ce sentiment de profonde déprime lorsqu’on se confronte à la dure réalité de devoir retourner au boulot dès le lendemain d’un formidable salon ? Cruelle situation que j’ai dû surmonter par deux fois déjà durant ce mois de novembre délicieusement littéraire… Car une semaine après l’excellent « Iris Noir Bruxelles« , je m’embarquais dans une folle escapade livresque à la Foire du Livre de Brive dont je me dois aujourd’hui de vous parler à travers ce nouvel article que je suis absolument ravie de rédiger ! 

Lundi 1er novembre : Les plus chanceux font le pont… Votre greffiblogueuse passionnée est quand à elle de permanence pour son boulot… Le dos en compote et la tête embrumée, les yeux accaparés par la réforme du CJPM… Mais le cœur encore à Bruxelles et l’âme déjà projetée à Brive ! Autrement dit la semaine fut courte en plus d’être chargée au greffe, mais tellement prometteuse sur le plan littéraire qu’elle est passée à la vitesse de l’éclair ! Après une petite escapade parisienne le mercredi soir pour rencontrer Henri Loevenbruck à l’occasion d’une belle soirée organisée par les éditions Pocket au Bar du Bouillon (et un bref passage à la librairie Gibert située juste à côté, je l’avoue bien volontiers), c’est avec plaisir et délectation que je prépare de nouveau mes bagages avec quelques fringues et plein de bouquins, le tout sous le regard dépité de mes boudins et celui plus compréhensif de mon conjoint – qui adore bouquiner mais n’apprécie pas les mouvements de foule, raison pour laquelle il ne m’accompagne pour ainsi dire jamais : Une relation ne saurait évidemment durer sans amour mais n’est que plus saine et sereine dans le respect de l’autre et de ses choix !

Vendredi matin (L’empereur, sa femme et le Petit Princeeeee… Sont venus chez moi, pour me serrer la pinceeeee… Comme j’étais partie, le Petit Prince a dit : Puiiiisque c’est ainsi, nous irons tous à Brive ! Comment ça, je m’égare ? Hum…) Vendredi matin donc, 4h : Le réveil sonne et m’extirpe d’une nuit trop courte d’à peine 3h pour m’embarquer dans une nouvelle aventure : Mon retour à la Foire du Livre de Brive ! Petite collation avalée, blogueuse passionnée apprêtée, baskets chaussées, manteau enfilé, bagages chargés : Je quitte mon domicile à bord de Titine pour rejoindre la Gare de Beauvais et monter à bord de mon TER, celui de 5h40 ! Trop excitée pour dormir, je bouquine mon ultime lecture pour le Prix des Auteurs Inconnus, ainsi je ne vois pas le temps passer que je suis déjà arrivée à Gare du Nord ! Je descends dans les profondeurs du métro pour rejoindre la ligne 5 et gagner la Gare d’Austerlitz où m’attend la seconde partie du périple à bord de l’Intercités à destination de Brive… Mais en première classe s’il vous plaît ! Si un charmant monsieur me propose très gentiment de grimper ma valise sur le porte-bagages, je ne peux m’empêcher de rire tout en refusant gentiment sa proposition : « Je vous remercie mais on va éviter : Elle est beaucoup trop lourde et le porte-bagages risquerait de s’effondrer ! » Toujours incapable de me reposer, je profite de ces instants pour commencer à partager les superbes clichés réalisés à Bruxelles par ma photogramie Margaux avant de poursuivre ma lecture pour les quatre heures à venir : Si le trajet est long, il me permet de voyager en toute sécurité en plus de bouquiner et me reposer (quand j’y arrive) !

L’heure de midi est passée de quelques minutes quand je débarque à Brive La Gaillarde avec mes valises : Fort heureusement mon hôtel est située à proximité de la Gare, aussi je me déleste rapidement de mes bagages après avoir préparé mes deux totebags car, s’il est autorisé de ramener ses propres livres, les sacs à dos ne sont pas autorisés dans l’enceinte de la Foire. Je déjeune (très) rapidement avant de rejoindre la Halle Georges Brassens… Après avoir présenté mon Passe Sanitaire à l’entrée et négocié mon goûter avec les agents de sécurité, je fais pastiller mes livres à l’entrée (« Dites donc, vous voilà sacrément chargée, vous n’avez ramené que des pavés ! ») et puis je retrouve les tapis rouges de la Foire : La magie littéraire peut commencer !

Parce que « Mon » Salon ne saurait commencer autrement que par un coucou à mon auteur Chouchou lorsqu’il est présent, c’est en toute logique que je me glisse dans la file d’attente de ce dernier en premier, fin prête à le retrouver pour lui faire (re)dédicacer ma « Trilogie 93« … Non pas celle qu’il m’a offerte mais bien celle que j’ai achetée à Bruxelles en compagnie de ma photogramie Margaux… Celle-là même qui se trouve à résidence dans mon bureau… Oui les amis, c’est le nouveau défi que je me suis lancé désormais !
Une fois nos retrouvailles célébrées, je rencontre ensuite l’adorable Anne Berest, autrice de l’excellent livre « La Carte Postale« , sans aucun doute mon coup de cœur de cette dernière rentrée littéraire, ce que je ne manque pas de lui révéler, tellement ravie de pouvoir discuter avec elle !
Je me dirige ensuite vers le stand de Bernard Werber qui n’est pas encore arrivé : L’occasion pour moi de papoter avec Maud Mazet, sympathique lectrice que j’avais eu la chance de rencontrer à Gradignan en 2019 pour lui faire dédicacer mon exemplaire de « L’amour c’est » ! Bernard Werber arrive enfin, surpris de découvrir tant de monde à sa table alors même que le salon ne fait que commencer ! Vient alors mon tour « Oh mais on se connaît nous ! Je vous ai reconnue avec le masque et pourtant je ne suis pas physionomiste, c’est dire si on se connaît ! D’ailleurs c’est ici qu’on s’est vu la dernière fois, non ? Vous venez de loin, vous, il me semble ? Ah oui, Beauvais, il me semblait bien ! Cela me fait plaisir de vous revoir en tout cas » Et moi donc M. Werber, et moi donc !
Je ne perds pas un instant pour rejoindre ensuite Antoine Renand, auteur talentueux que je n’ai pas vu depuis un moment… De mémoire c’était lors la soirée des Nouvelles Voix du Polar organisée par les éditions Pocket l’an dernier, à l’occasion de laquelle il a d’ailleurs été primé : J’en profite une nouvelle fois pour le féliciter avant de lui faire dédicacer mon exemplaire de « Fermer les yeux » dans lequel je n’ai pas encore eu le temps de me plonger… Mais ce n’est qu’une question de semaines, je puis vous l’assurer !
Je dispose encore d’un peu de temps, je vais donc à la rencontre de Jean-Baptiste Del Amo, un auteur que je ne connais pas contrairement à mon compagnon qui a déjà lu plusieurs de ses ouvrages : l’occasion était trop belle pour ne pas échanger avec ce lauréat du Prix du Roman Fnac 2021 dont je le félicite chaleureusement avant de repartir avec un exemplaire de son roman dédicacé à l’attention de mon mari !
Le découvrant enfin à sa table, je termine ce premier tour en retrouvant enfin le talentueux Cédric Sire ! Ravie de pouvoir de nouveau échanger de vive voix en sa compagnie, nous discutons de « La Saignée« , son dernier tire que j’ai littéralement dévoré… Me faut maintenant attendre le prochain, quelle torture : Voilà ce que c’est d’écrire aussi bien !
16h30, l’heure est venue de quitter la Halle Brassens pour rejoindre la Médiathèque du centre ville de Brive : En effet la Foire du Livre a organisé plusieurs « rencontres particulières » tout au long de ce fabuleux week-end, la première se tenant à 17h avec… Mon auteur Chouchou bien sûr ! Si toutes promettaient d’être fort intéressantes – Avec, entre autres, Agnès Martin-Lugand, Mélissa Da Costa et Baptiste Beaulieu – ma liste d’auteurs à rencontrer s’avérait malheureusement trop chargée pour pouvoir en profiter davantage… Je me suis donc inscrite à mon immanquable, celle avec Olivier Norek, pour une heure (plutôt 1h30 d’ailleurs) de savoureux papotage en petit comité, durant laquelle nous avons évidemment parlé d’Impact, de son travail d’auteur mais aussi de scénariste, de ses projets littéraires et audiovisuels, du prochain Coste dont la sortie est prévue début avril 2022… C’était tellement passionnant qu’on n’a pas vu le temps passer ! A l’issue de la rencontre, j’ai salué mon auteur Chouchou – autre petit rituel qu’il me tient à cœur de respecter – avant de rejoindre très brièvement le salon, la fatigue m’ayant rattrapée au point d’en troubler ma vue…
Pour autant c’est avec plaisir que je viens saluer François-Henri Désérable, formidable écrivain amiénois tout juste lauréat du Grand Prix de Roman de l’Académie Française cette année ! Si nous venons de la même région, il nous faut nous retrouver à Brive pour discuter comme ce fut le cas il y a quatre ans déjà… Qu’à cela ne tienne, nous discutons quelques instants et j’en profite pour le féliciter !
Je termine cette affolante journée littéraire en compagnie de Carène Ponte, autre autrice de ma région qui vient de publier sa nouvelle comédie de Noël à côté de laquelle je ne peux décidément pas passer ! Ravies de nous retrouver, nous échangeons quelques mots sur ces mois écoulés depuis nos ultimes retrouvailles à la Librairie Martelle en mai dernier ! Je ne désespère pas de pouvoir la retrouver d’ici la fin de l’année, mais en attendant je la laisse à ses autres lectrices pour quitter la Foire et mettre fin à cette belle journée… Je rejoins mon hôtel situé à une vingtaine de minutes à pied, épuisée mais le sourire aux lèvres et des étoiles plein les yeux…

Et poursuivre l’aventure dès le lendemain matin ! Encore fatiguée mais impatiente d’y retourner, je déjeune brièvement et quitte rapidement l’hôtel, encore une fois déjà chargée de deux totebags afin d’atteindre la Foire du Livre de Brive et sa file d’attente un peu en avance ! On reprend les mêmes et on recommence : Le Pass Sanitaire, les pastilles à l’entrée et me voilà de retour dans la file d’attente d’Olivier Norek, mon auteur Chouchou que je tiens toujours à saluer ! Je lui fais dédicacer un nouvel exemplaire de sa « Trilogie 93« , cette fois-ci à l’attention de la gagnante de mon concours, et puis je me prépare à affronter la file d’attente de Mohamed Mbougar Sarr, lauréat du Prix Goncourt cette année… 
S’il me faut patienter, notre rencontre figure parmi mes plus beaux souvenirs de ce formidable salon ! Si tout le monde le connaît désormais, j’avais déjà eu la chance de découvrir sa plume par le passé pour la simple et bonne raison qu’il est Beauvaisien tout comme moi ! Ainsi nous avons papoté lecture et littérature, j’ai pu lui parler de Terre Ceinte (son premier roman) avant de lui avouer que son dernier roman fait l’objet d’une lecture commune actuellement en cours sur mon blog… Je finis par lui demander s’il accepte de dédicacer un exemplaire de son roman à votre attention ainsi qu’une photo en ma compagnie, deux requêtes auxquelles il répond par l’affirmative avec toute la gentillesse qui le caractérise ! Ainsi l’attente fut longue mais récompensée bien au delà de ce que j’espérais !
Mes compagnons de file d’attente m’ont permis d’aller à la rencontrer de Marjorie Tixier, sympathique autrice que je rencontrais pour la toute première fois, qu’il me tenait à cœur de saluer tant j’ai adoré « Un autre bleu que le tien » son nouveau roman paru chez Fleuve éditions… Dès lors je voulais absolument en parler avec elle avant de me faire dédicacer « Un matin ordinaire« , son premier roman qui se trouve désormais dans ma PAL !
Le sourire jusqu’aux oreilles, je rejoins ensuite la file d’attente de Valérie Perrin, formidable autrice à laquelle je voue un profond attachement. Si j’ai eu la chance de la retrouver à l’occasion d’un BiblioLive cette année, rien ne remplace la joie comme la qualité d’une vraie rencontre, aussi nous discutons bien volontiers, je lui fais dédicacer un exemplaire de son dernier roman pour vous gâter mais aussi l’exemplaire de « Changer l’eau des fleurs » que Delphine, ma libraire préféré, m’a offert à l’occasion de mon mariage…
La matinée touche déjà à sa fin et les auteurs vont bientôt partir déjeuner… Pourtant je profite encore de ces quelques instants pour retrouver le formidable Jérôme Loubry ! Si nous nous sommes croisés une semaine plus tôt à Bruxelles, nous n’avons pas pu échanger autant que je l’aurais souhaité, aussi en ai-je davantage profité à Brive ! L’occasion de revenir sur le BiblioLive auquel il m’a fait l’honneur de participer malgré un emploi du temps chargé, mais aussi de papoter de son dernier roman que j’ai tout simplement adoré !
Pas de pause déjeuner pour votre blogueuse passionnée ! En effet il me tient à cœur de pouvoir saluer de nombreux autres romanciers, aussi je me glisse dans la file d’attente d’Amélie Nothomb, cette année sacrée du Prix Renaudot, qu’il me tarde de retrouver depuis nos retrouvailles à Amiens en septembre dernier ! Je grignote malgré tout en attendant son arrivée, ce qui ne tarde pas à se produire ! Elle déjeune sur le salon tout en dégustant une coupe de champagne pour nous retrouver le plus rapidement possible et c’est un plaisir que de pouvoir discuter avec elle quand mon tour arrive ! Je la félicite évidemment pour son Prix amplement mérité, mais cette fois-ci je viens lui faire dédicacer deux exemplaire du livre « Phénomènes » regroupant les photos de Marianne Rosenstiehl dont elle est ici l’égérie ! Deux exemplaires parce qu’il y en a un pour vous, vous vous en doutez !
Je prends ensuite mon courage à deux mains pour porter mes sacs et intégrer la très longue file d’attente de Gilles Legardinier… Cela fait si longtemps que je ne l’ai pas vu qu’il me faut résolument lutter et patienter… Il m’a fallu trois heures… Qui n’ont pas eu raison de mon enthousiasme car je me suis trouvée une chouette bande de copines lectrices avec qui papoter, le moment fut donc particulièrement sympathique et agréable, et j’espère très sincèrement que nous aurons l’occasion de nous recroiser ! Mon tour arrive enfin et c’est bien volontiers que je salue Gilles Legardinier qui me reconnaît lui aussi malgré les années ! C’est un vrai plaisir que de pouvoir bavarder avec lui, de ses dernières parutions, du roman que je m’apprête à découvrir et de ses projets à venir… Cela ne dure que quelques minutes bien sûr, pourtant j’ai savouré chacune d’elles !
Mes copines lectrice m’ont en outre permis d’aller à la rencontre d’Abel Quentin, lauréat du Prix de Flore 2021 qui n’était là, lui aussi, que pour l’après-midi en raison d’un emploi du temps chargé… Qu’à cela ne tienne, j’ai pu discuter quelques instants avec lui avant de me procurer son romain dédicacé à l’intention de mon mari !
L’après-midi touche à sa fin et je fatigue… Pour autant je ne lâche rien et je retrouve sans délai Alexandre Galien, avec qui j’échange bien volontiers… Enfin avec lui et mon auteur Chouchou, installé juste à côté ! Je l’avais repéré la veille et Alexandre Galien me l’a confirmé : « Soleil levant« , son nouveau roman, paraît le 18 novembre prochain mais il est bel et bien présent sur son stand : L’occasion idéale pour me le procurer puisque non, je ne sollicite toujours pas les services presse, vous me connaissez !
Bonheur immense ensuite pour moi de retrouver Jérémy Fel, un auteur de grand talent que je n’ai pas vu depuis bien trop longtemps… La parution de son précédent roman, « Helena« … Le voilà de retour en librairie avec « Nous sommes les chasseurs » dont je ne doute pas qu’il soit excellent ! Il me tenait à cœur de me le procurer directement auprès de lui, c’est désormais chose fait et j’en suis absolument ravie ! Ce fut également l’occasion de bavarder avec deux autres lecteurs que j’apprécie tout particulièrement : Benoît du blog « A l’ombre du noyer » et Fabienne, fondatrice du salon « Rock and Books » qui se tiendra à Valmondois (95) le 16 avril prochain !
Last but not least, je termine ma journée en rencontrant enfin Mélissa Da Costa, une autrice dont j’apprécie énormément la plume mais que je n’avais pas encore rencontrée : Nous avons donc parlé quelques instants de ces précédents romans et c’est avec plaisir que je suis repartie munie de son dernier griffé d’une petite dédicace à mon attention !
Mais une fois encore la fatigue – et plus encore le poids de mes livres – me rappellent à l’ordre : Il est temps de plier bagage et rejoindre mon hôtel afin de soulager mes épaules qui me tiraillent afin de crier grâce… Je vais donc saluer mon auteur Chouchou : A demain, même endroit mais à 10h, le rendez-vous est pris bien sûr !

Dimanche matin… Sans surprise je suis fatiguée : Si la veille au soir, j’ai volontiers pu poser mes fameux totebags surchargés, il m’a fallu transférer leur contenu dans ma valise ET mon sac à dos… Encore une fois ma valise n’a pas suffi… Sauf qu’il me restait encore une journée à savourer, j’ai donc joué aux BooksLegos pour en faire rentrer un maximum dans ma valise sur laquelle je me suis assise afin de pouvoir la fermer… Si elle s’est retrouvée gonflée à bloc, les fermetures tendues comme des lèvres chargées de botox, elle a tenu le choc, laissant un (tout petit) peu de marge à mon sac à dos afin de récupérer la dernière salve, ce dimanche donc ! Un dimanche qui a débuté de la même manière que les jours précédents : Contrôle du Pass sanitaire, pastillage de mes derniers livres et entrée dans le salon… Cette fois-ci je rejoins la file d’attente de Baptiste Beaulieu que je sais arriver en avance (vers 9h30) puisqu’il participe ensuite à une rencontre particulière à la médiathèque : L’occasion est trop belle pour ne pas le saluer… Je crois bien que je ne me remettrai jamais de son « Oooooh coucou toi ! Comment vas-tu ? » qui m’a réchauffé le cœur à un point inimaginable ! Nous discutons allègrement et c’est avec un bonheur intense que je me procure ses deux derniers titres, respectivement parus chez Fayard et L’iconopop, ainsi qu’une petite surprise tout spécialement pour vous !
Fidèle à mes petites habitudes, j’intègre ensuite la file d’attente de mon auteur Chouchou qui n’arrive pas avant 10h à l’instar de la plupart des auteurs… Toujours aussi passionnée, je me procure une nouvelle fois sa « Trilogie 93« , cette fois-ci pour Françoise de ma DreamBookTeam qui me l’a très gentiment sollicitée ! Oui c’est lourd mais il s’agit de la bibliographie de mon auteur Chouchou : Pour rien au monde, je ne renoncerai !
Je sais qu’il quitte le salon vers 13h pour déjeuner et reprendre le train, je fais donc attention à l’heure et poursuis mes rencontres avec Nicolas Feuz ! Si nous nous sommes vus une semaine avant et que nous discutons bien volontiers, il découvre seulement maintenant que je suis greffière de profession… Lui-même était juge d’instruction avant de devenir Procureur de la République : Nous aurions donc pu travailler ensemble si nous exercions dans le même pays !
J’enchaine ensuite sur le même stand avec Henri Loevenbruck : Si nous nous sommes vus quelques jours avant, je ne peux résister au plaisir de me procurer le nouvel opus des aventures de Gabriel Joly, « L’assassin de la Rue Voltaire« , ce que j’avais d’ailleurs promis à Paris ! Il me tarde à présent de pouvoir enfin le découvrir… Et on en reparle tout bientôt, je vous le garantis !
Je poursuis ma tournée du stand en compagnie de Sonja Delzongle que j’ai plaisir à retrouver, avec qui je discute d’ailleurs en compagnie de Christelle et son compagnon Dav, deux lecteurs que je croisais régulièrement sur les salons avant que la crise sanitaire nous impose une pause forcée ! Nous évoquons cette table ronde sur l’écologie que j’ai eu la chance de pouvoir animer à Bruxelles et je lui fais dédicacer « Sur l’île noire« , son dernier titre, très différent des autres mais tout aussi magnifique, paru aux éditions Paulsen.
Poursuivant les retrouvailles belges, je continue le tour du stand en compagnie de Sandrine Destombes que je suis d’autant plus ravie de retrouver qu’elle me complimente une nouvelle fois pour notre table ronde sur les personnages récurrents, la seconde que j’ai eu le privilège d’animer le week-end précédent sur le salon « Iris Noir Bruxelles » ! Vous n’imaginez pas à quel point c’est gratifiant de savoir son travail apprécié !
Seulement je ne suis pas au bout de mes surprises ni de ma reconnaissance puisque je rejoins ensuite Céline Denjean, également invitée sur ma seconde table ronde à « Iris Noir Bruxelles » dont elle me reparle bien volontiers en des termes forts élogieux et gratifiant qui m’ont énormément touchée ! Si seulement cela pouvait me faire gagner en confiance, cela me changerait la vie, vous n’avez pas idée !
Si je change de stand, je n’en ai pas terminé avec « Iris Noir Bruxelles » puisque je ne peux décidément manquer ma très chère Claire Favan ! Nous revenons sur le salon, sur les tables rondes mais également sur le BiblioLive auquel elle m’a fait l’honneur de participer et qu’elle a apprécié malgré mes soucis techniques… L’installation de la fibre est en cours à mon domicile, gageons que cela améliore les choses mais ses propos m’ont également rassurée !
In extremis, j’ai ensuite la chance de pouvoir rencontrer Virginie Grimaldi, j’en profite d’ailleurs pour remercier chaleureusement Alexandrine Duhin, son éditrice chic et choc qui fait toujours un travail remarquable ! Nous ne nous étions pas revues depuis cette même Foire du Livre de Brive, deux ans plus tôt il me semble, aussi c’est avec joie que j’échange de nouveau avec elle et que je lui fais dédicacer deux titres, l’un pour moi et l’autre pour vous : Je pense toujours à vous dans ces moments privilégiés !
L’heure tourne et tourne encore mais j’en profite tout de même pour aller saluer Laure Manuel, autrice que j’apprécie tout particulièrement mais dont je n’ai pas encore lu le dernier titre que je me suis pourtant procurée à Compiègne en juin dernier… Je me désespère mais je sais disposer d’encore un peu de temps avant la parution de son prochain !
Il est 15h30… Je fatigue de plus en plus et mon train part avant 17h00… Je termine donc mes rencontres avec Jacques Expert, auteur fort talentueux qui n’a toutefois plus de voix pour me parler de son actualité littéraire : Une extinction sur le salon la lui a volée ! Nous parvenons tout de même à échanger et je me procure avec plaisir son dernier titre récemment paru en poche afin de vous l’offrir !

Et c’est ainsi que je quitte le salon, épuisée mais enchantée de ces délicieux moments… Des moments auxquels il faut ajouter ces petits instants passés en compagnie d’autres lecteurs et blogueurs : Fabienne et Benoît, Christelle et Dav sans oublier Maud dont je vous ai déjà parlé, mais aussi ma très chère Eva qui a traversé la France pour profiter de ce superbe salon avec ses enfants, et que j’ai pris plaisir à croiser régulièrement tout au long de ces trois jours, papotant bien volontiers avec cette lectrice et blogueuse passionnée qui m’a offert une belle leçon de vie au cours de nos échanges : J’espère que nous aurons l’occasion de passer plus de temps ensemble une prochaine fois… Amandine aussi, adorable blogueuse que j’ai croisée brièvement mais que je n’ai pas su reconnaître de prime abord, n’étant pas physionomiste pour deux sous alors même que nous avions passé une formidable journée ensemble à Limoges en mai dernier… Je pense encore à tous ces lecteurs anonymes aux côtés desquels j’ai patienté plus ou moins longtemps avant de rencontrer nos auteurs préférés… Mais ma plus belle surprise sera sans aucun doute ma rencontre avec ce quatuor de passionnantes Bookstagrameuses composé d’Estelle, Florence, Magdalena sans oublier Angye avec qui je partage bien des points communs… Notre échange fut assez bref mais elle est incontestablement ma plus belle rencontre sur ce salon ! A noter que je leur ai chipé une photo pour vous les présenter !

Seulement voilà, toutes les bonnes choses ont une fin… Je retourne donc à l’hôtel, charge du mieux que je peux mon sac à dos, parvient à tout y ranger à l’exception d’un bouquin que je réussis encore à glisser dans ma valise prête à exploser… Je traîne plus que je tire le tout jusqu’à la Gare de Brive et alors le sketch commence (Parce qu’il me faut aussi vous raconter ceci !) : Etant courte sur pattes, mes petits bras musclés ne parviennent à hisser ma valise que jusqu’à la deuxième marche de mon Intercités… Si je grimpe sur la première afin de hisser ma valise jusqu’à la troisième et dernière marche, le poids de mon sac à dos me tire en arrière, je dois donc me retenir d’une main à la porte de train… Mais la deuxième ne suffit pas pour monter ma valise… Je bascule et me retrouve donc à califourchon sur mon bagage… Fort heureusement je n’avais pas de public, ma dignité s’en trouve donc indemne malgré mon fou rire, tant je n’en pouvais plus de moi-même ! Personne à droite, personne à gauche, je passe donc par dessus ma valise pour achever de la grimper à bord, le souffle court et le teint rougeaud d’avoir fait tant d’effort tout en éclatant de rire ! Je profite de mon trajet jusqu’à Paris pour me poser, partager ces trois fabuleux jours sur les réseaux sociaux puis comptabiliser les participants de mon dernier concours avant de bouquiner… Et d’arriver à la Capitale, Gare d’Austerlitz où les choses se compliquent car il me faut encore trimballer mon chargement dans les couloirs du métro avant d’atteindre la Gare du Nord… Un petit périple qui m’a valu d’être coincée dans le tourniquet du métro, la valise ayant refusé d’avancer quand il le fallait ! Deuxième fou rire (Imaginez-moi donc coincée avec ma valise, mon sac à dos et mon sac à main dans le tourniquet du métro et vous comprendrez !) et une dignité égratignée par le regard déconfit d’un agent de la RATP mais je parviens tout de même à rejoindre la Gare du Nord et grimper à bord de mon TER pour rallier Beauvais où m’attend mon conjoint (et mon chien… Mon chat m’attend à la maison, il ne faut pas trop lui en demander !) qui prend le relais : « Mais tu as ramené combien de livres ?! Elle fait au moins trente kilos ta valise !! » 32 kilos pour être précise… Oui, j’ai vérifié à mon retour et mon dos a su me le rappeler dans les jours qui ont suivi… Mais cela en valait tellement la peine que je ne regrette rien, quand bien même mon banquier a mis ma tête à prix ! Prochaine escale : Seille de Crime !

Cet article a 2 commentaires

  1. Mme Chacha Lit

    Et bien la prochaine fois on fera une photo toutes les deux… très touchée par ton article ❤ que je trouve extrêmement réussi au passage… on sent toute la passion qui t’anime et c’est tellement chouette de t’avoir rencontré. Je suis certaine qu’on se croisera bientôt… bisous Angye

    1. Aurélie P. / Deslivresetmoi7

      A mon tour de te remercier pour ton petit commentaire qui me va droit au cœur ! Ravie que mon article te plaise, il est écrit avec sincérité et toute l’émotion qui m’anime encore à l’évocation de ce formidable week-end ! Au plaisir de te recroiser bientôt sur un prochain salon… En attendant nous avons la chance de pouvoir compter sur les réseaux sociaux ! Des bises 😘

Laisser un commentaire