Potins Bouquins \ Mon escapade littéraire à Iris Noir Bruxelles…

Mes petits Bookinautes chéris ? C’est une blogueuse fatiguée mais ravie qui vous écrit aujourd’hui ! N’est-il pas l’heure en effet de dépoussiérer cette petite rubrique pour vous raconter de nouveau mes escapades littéraires à travers quelques articles ? Si je n’ai pas écrit par ici depuis février, voilà surtout des années que je n’ai plus rédigé le moindre article à propos d’un salon… Pourquoi, me demanderez-vous ? Essentiellement par manque de temps… Mais peut-être par manque d’intérêt ou même d’envie également : Dans une autre vie j’écumais les salons chaque week-end en parcourant la France entière… Dans une autre vie, je savourais la vie ainsi… Puis le Covid s’en est mêlé, la crise sanitaire s’est installée, nos déplacements ont été limités, mes habitudes ont changé… Et c’est ainsi que j’ai appris à me poser (un tantinet), goûtant la vie autrement à mon domicile. Un changement en entraînant souvent un autre, j’ai quitté le Tribunal pour enfants afin de retourner au service de l’instruction, autrement exaltant mais aussi contraignant : Dès lors il m’a fallu revoir mes projets comme mes priorités… Mon blog en était une, les salons un peu moins… J’ai fait quelques choix pour mieux en profiter : Et c’est à Iris Noir Bruxelles que l’aventure reprenait !

Organisé (à Bruxelles donc) dans le patio des écuries royales par les Trois Mousquetaires du Polar – j’ai bien sûr nommé nos amis belges Jean-Pierre Verna, Salvatore Minni et Marc-Olivier Rinchart -, Iris Noir s’est immédiatement imposé comme un salon de référence en littérature noire, le classant parmi les incontournables dès sa première édition en 2019. Pour son troisième opus et après nous avoir proposé une version virtuelle l’an dernier pour les raisons que vous savez, nos aventuriers du thriller ont mis les bouchées triples pour nous en mettre plein les bibliothèques ! Vous dire que j’attendais ces retrouvailles avec impatience relève tout simplement de l’euphémisme : Voilà un an que ce rendez-vous était inscrit dans mon agenda et ce fabuleux week-end m’a comblée bien au delà de mes espérances ! Laissez-moi donc vous raconter… Oui, voilà : il me fallait bien tout cela pour introduire mon propos : Faut pas déconner !

En vérité, la magie de ce salon s’était emparée de moi depuis déjà quelques mois, quand ma très chère photogramie Margaux (alias Louve des Steppes sur les réseaux sociaux à qui je dois la majeure partie des photos que vous pourrez admirer tout au long de cet article) m’a proposé de nous y retrouver afin de profiter ensemble de ce week-end littéraire : Moi qui suis d’un tempérament timide et réservée – pour ne pas dire distant et solitaire -, je suis tellement habituée à me déplacer seule que la proposition m’a profondément touchée… Aussi c’est avec plaisir que je l’acceptais, ravie à l’idée de ces deux jours entre passionnées ! Ce fut ensuite au tour des organisateurs eux-mêmes de m’offrir le plus beau des cadeaux dont une lectrice passionnée puisse rêver : Animer une table ronde sur leur salon, avec mon auteur Chouchou parmi les invités pour papoter écologie à travers le polar… Le défi est de taille et la pression immense car il s’agit d’être à la hauteur et ne surtout pas décevoir… Le défi est de taille et la pression immense oui, mais le privilège est tel qu’il ne saurait se refuser : Il m’a donc fallu moins d’une demi-seconde pour l’accepter et encore une fois je ne remercierai jamais assez ce trio aussi adorable que fou pour la confiance qu’ils m’ont accordée… Plutôt deux fois qu’une puisque j’ai finalement eu l’honneur de modérer une seconde rencontre, en remplacement d’une journaliste qui n’a malheureusement pas pu se déplacer… Si vous ne voyez pas le nuage sur lequel je m’étais alors posée, c’est parce qu’il monté haut, très haut dans mon ciel de bonheur que même Thomas Pesquet n’a pas pu admirer !

Ce rêve (bleeeeeu… Je n’y crois pas, c’est merveilleeeeeux… Hein ? Ah oui, hum…) a fini par se concrétiser le vendredi 29 octobre : Il est 16h et du haut de mes petits talons, je prends mes clics, mes clacs, ma valise pleine de livres sans oublier mon sac à dos contenant tout le reste (Chacun ses priorités !) pour me rendre à pied jusqu’à la Gare de Beauvais : Fort heureusement la SNCF ne me fait pas faux bond cette fois-ci et c’est en toute tranquillité que je rejoins la Gare du Nord pour grimper à bord du Thalys me conduisant jusqu’à Bruxelles Midi… A 21h00 oui, mais à Bruxelles Midi ! Malheureusement ma très chère Margaux aura moins de chance que moi et n’arrivera qu’une bonne heure plus tard mais tout de même à bon port… A la gare oui, mais à bon port ! (Oui, j’ai un humour tout à fait pourri mais ça m’amuse et je sais que toi aussi : Ne dis pas le contraire, je t’ai vu : Derrière ton écran là, tu souris !) Après un bref passage au Quick pour célébrer nos chaleureuses retrouvailles et nous sustenter, nous avons rejoint notre hôtel où notre arrivée fut un véritable sketch dont nous nous souviendrons longtemps, Margaux et moi tout comme le réceptionniste !

La nuit fut courte tant nous avons papoté mais au petit matin ce sont les yeux remplis d’étoiles et le sourire aux lèvres (bien emmitouflé derrière notre masque) que nous rejoignons le salon Iris Noir, sous la pluie parce que le soleil s’était niché dans nos cœurs ! A notre arrivée nous avons même eu la chance de recevoir un totebag à l’effigie du Salon dans lequel se trouvaient notamment un stylo mais surtout le tout nouveau recueil de nouvelles Storia dont nous avons pu profiter en avant-première ! Contrôle du Pass Sanitaire et nous voilà démasquées, prêtes à saluer nos auteurs fétiches, nous procurer leurs pépites griffées d’une petite dédicace ! Petit rituel littéraire auquel je ne saurais sacrifier : C’est toujours mon auteur Chouchou Olivier Norek que je vais saluer en premier : Malgré l’absence de sa « Trilogie 93 » sur sa table suite à un malheureux problème de livraison, il est bel et bien présent et c’est un immense plaisir que de le retrouver sur un Salon… Pour tout vous avouer Margaux et moi sommes allées régulièrement le retrouver durant ces deux jours, déjà pour lui faire dédicacer quelques exemplaires de son « Impact » désormais disponible aux éditions Pocket, mais aussi un « Lapin Shérif » sans oublier mon exemplaire lituanien (Oui, oui !) de « Surface » ! Ajoutez à cela quelques photos… Ainsi que nos propres exemplaires de la « Trilogie 93 » dénichés à la Fnac durant la pause déjeuner : Margaux et moi sommes des lectrices aussi folles que comblées, elle et moi nous sommes décidément bien trouvées !

Deux jours fabuleux durant lesquels nous n’avons malheureusement pas pu saluer tout le monde… Et pourtant nous en avons allègrement profité ! Outre le plaisir de croiser régulièrement le sympathique Jack Jakoli (Qui m’a tout de même proposé de saccager la chambre de mon auteur Chouchou puis de voler la gaufre de Niko Tackian : Jack ne nie pas, Margaux a tout vu, tout entendu !), j’ai également pu papoter avec mon adorable Amandine, à qui je me devais de faire découvrir « Les chocolats d’Isa & Steph« , de savoureuses gourmandises en provenance directe de Beauvais ! Ensuite je me suis déchargée d’un cadeau disons… Quelque peu encombrant auprès du formidable duo Yves Laurent… Pour la petite anecdote, c’est un duo que j’adore et qu’il me tardait de retrouver depuis notre dernière rencontre à Nogent le Rotrou à l’occasion du Salon Sang et Encre en juin 2019… Seulement ces deux-là n’étaient jamais ensemble à leur table lorsque je venais les saluer, pour la simple et bonne raison que l’un des deux se trouvaient alors… Aux WC ! Qu’à cela ne tienne, j’ai donc résolu le problème : Je leur ai offert des couches ! Oui, des couches pour hommes ! Oui, des couches pour hommes à leur taille ! Oui, j’ai incontestablement comblé ces auteurs de bonheur, de confort et de sérénité : Ils étaient parés pour le week-end, car oui… Ils furent assez fous pour les porter ! (J’en profite ici pour saluer Henri Duboc que j’avais déguisé en Licorne à Polar’Osny… Oui, je suis une lectrice aussi passionnée que déjantée, donc redoutable aussi…!)

Après avoir eu l’honneur et le plaisir de les retrouver de manière virtuelle à l’occasion de mes BiblioLives, j’ai enfin pu échanger de vive voix et de bon cœur avec Ophélie Cohen et Armelle Carbonel, Claire Favan et Johana Gustawsson, Sophie Loubière et Jérôme Loubry, Ian Manook et Mo Malo dont l’exposition était absolument magnifique, Sonja Delzongle et Niko Tackian, sans oublier l’inimitable Nicolas Lebel que j’avais eu le privilège de croiser par deux fois cette année, à Limoges et au Touquet : On ne compte pas les kilomètres quand on est une lectrice passionnée ! Si je suis fière de chacune de mes émissions livresques, rien ne saurait remplacer la réalité, l’authenticité du contact humain et la saveur de l’échange en direct, aussi j’ai savouré chaque minute de nos discussions tout au long de ces deux merveilleuses journées ! Deux merveilleuses journées durant lesquelles j’ai également pu papoter avec René Manzor et Marlène Charine, respectivement lauréats du Grand Prix et du Prix Découverte, deux distinctions amplement méritées pour lesquelles je tiens encore une fois à les féliciter ! Deux merveilleuses journées à l’occasion desquelles j’ai aussi croisé les parrain et marraine du Salon Barbara Abel et Jacques Saussey, pour ensuite bavarder avec Céline Denjean et Sandrine Destombes, François Xavier Dillard et Adeline Dieudonné, Nicolas Feuz et Bob Garcia, Romain R. Martin et Xavier Massé, Ludovic Miserole et Clarence Pitz, Alexis Laipsker et Yvan Zinberg… Deux merveilleuses journées qui m’ont encore permis de faire connaissance avec Nicolas Druart et Victor Guilbert (les malheureux ont dû nous prendre pour des folles, Margaux et moi…!) avant de retrouver mes anges gardiens Salvatore Minni, Jean-Pierre Verna et Marc-Olivier Rinchart… Pour autant d’échanges qui furent passionnants mais trop brefs : Le temps passe décidément bien vite quand on est en si bonne compagnie !

En effet le dimanche est (trop) vite arrivé et avec lui mes fameuses tables rondes ! Une journée que j’ai évidemment commencée stressée, ce d’autant plus que les transports n’étaient pas de notre côté… Il pleuvait, le métro était à l’arrêt, notre Uber n’a pas pu nous récupérer… C’est donc en taxi que nous nous y sommes rendues, envers et contre tout avec ma photogramie Margaux qui a eu le courage et le mérite de me supporter : Si vous saviez à quel point je peux être désespérante et exaspérante quand je suis angoissée ! Comme toujours mon niveau de confiance et d’estime frôlait gravement le niveau de la mer, dès lors je m’étais persuadée que mon travail ne serait pas satisfaisant et mes interventions des désastres annoncés… J’avais pourtant lu « Sur l’île noire » et relu « Impact« , « Qaanaaq« , « Disko« , « Nuuk« , « Boréal » et « Le dernier chant » pour ma première table ronde avec Olivier Norek, Sonja Delzongle et Mo Malo, « Dans la brume écarlate« , « Le cercle des mensonges » et « Ainsi sera-t-il » s’agissant de la seconde avec Nicolas Lebel, Céline Denjean et Sandrine Destombes… J’avais également fait des recherches et suivi l’actualité pour maîtriser mon sujet sur l’écologie… Autrement dit je m’étais préparée comme jamais : Mais rien n’y a fait, c’est assurément crispée, même pétrifiée que je me suis installée à ma place, avec le soutien de Margaux et Jean-Pierre mais aussi de Sylvain et Virginie – les meilleurs Bookinautes qu’une blogueuse puisse avoir ! – sans oublier les précieux encouragements des auteurs à mes côtés, que je me suis lancée… Et vous savez quoi ? Malgré un micro qui m’a lâchement abandonnée, cela s’est très bien passé ! Les auteurs étaient tout à la fois divertissants et passionnants à souhait tandis que les lecteurs se sont montrés intéressés, certains d’entre eux m’ayant même félicitée à l’issue de ces entretiens : Que demander de plus ? C’est une modératrice comblée qui a quitté la salle à l’issue de ses interventions !

La tension étant retombée, très vite la fatigue m’a gagnée… Si elle m’a fait l’honneur de rester jusqu’à la fin, mon adorable photogramie Margaux a dû quitter le Salon juste après pour rejoindre la gare et prendre le train qui la ramènerait jusqu’à Lyon… Aussi ai-je déambulé quelques temps encore sur le salon avant de prendre à mon tour le chemin du retour… J’ai donc salué tout ce petit monde, auteurs et organisateurs, épuisée mais heureuse, tellement reconnaissante de ces instants précieux, trop vite passés mais à jamais gravés dans ma mémoire… Mais le dos légèrement vaincu par les 27 kilos de bouquins que je lui ai fait trimballer : Oui, j’ai vérifié à mon retour, vous vous en doutez… Sans savoir que j’allais être capable de faire pire une semaine après, mais ceci est une autre histoire : Nous en reparlerons plus tard !

Il y a encore tant de choses à dire et de personnes à présenter sur ce formidable week-end, comme ce savoureux dîner en compagnie de l’artiste David Belo et sa compagne samedi soir dans ce charmant petit restaurant de la GrandPlace… Mais il faut aussi savoir conclure, aussi je terminerai en remerciant encore une fois Marc-Olivier Rinchart, Salvatore Minni et Jean-Pierre Verna, organisateurs passionnants et passionnés qui m’ont accordé leur confiance… Je remercie également tous les auteurs pour leur éternelle bienveillance à mon égard : Mention spéciale pour mon auteur Chouchou Olivier Norek qui n’a cessé de me soutenir et m’encourager… Je remercie aussi, et surtout, ma photogramie Margaux qui a rendu ce week-end absolument magique… Enfin je vous remercie vous, chers Bookinautes dont j’ai pu croiser la route, pour vos adorables propos qui ne cessent de me toucher : L’aventure ne serait pas si belle si vous n’étiez pas à mes côtés !

Laisser un commentaire