Chroniques 2017 Freaks de Christophe Kayser

Quand l’amour et la passion s’affrontent autour d’une curieuse romance… « Freaks » de Christophe Kayser, disponible sur Amazon.
 
Le pitch : « Voilà un couple qui possédait le nécessaire pour susciter l’envie la plus destructrice, au travers d’une cohésion qu’ils prenaient quelquefois plaisir à malmener d’un commun accord. Rien de plus facile pour ça, il leur suffisait d’opposer leur passion respective. (…) Le combat entre ces deux interprètes de la musique et de l’image se jouait très régulièrement. Mais leur envie de partager ce qui
les faisait vibrer provenait pourtant bien de la même veine. »
 
Je ne sais pas si cet extrait saura suffisamment vous parler d’Anna et Daryl… Pour autant je trouve qu’il résume tout à fait le propos de ce roman déroutant, découvert grâce à la très généreuse proposition de son auteur de m’en offrir la lecture suite à un échange par l’intermédiaire de mon blog. Si le résumé avait de quoi m’intriguer, je dois pourtant vous avouer que la couverture ne m’attirait guère, et sans doute ne me serais-je pas penchée sur son cas si nos routes s’étaient croisées dans les rayons d’une librairie… On ne dira jamais assez que la curiosité est un bien joli défaut en réalité !
 
L’auteur nous invite donc à la rencontre d’Anna et Daryl, deux artistes talentueux et passionnés formant un couple fusionnel. Mais si l’amour est au rendez-vous, leur art s’affronte à chaque instant dans un combat acharné qu’aucun des deux ne peut gagner sauf à les séparer. En dépit de quelques longueurs, le lecteur mord ainsi à l’hameçon et se laisse peu à peu entraîner dans le coeur et l’esprit de notre peintre torturée tandis qu’elle perd pied lorsque son compagnon vient à lui préférer sa passion. Sans prendre conscience du piège en train de se refermer sur lui, le lecteur voit peu à peu les frontières du réel s’estomper, la folie le submerger, le gagner puis le perdre jusqu’à un dénouement achevant de le disloquer. S’ils ne sont pas les seuls thèmes abordés, l’amour et l’art se font décidément la part belle au sein de ce récit et se révèlent presque comme des personnages omniprésents et abstraits, offrant par là un curieux mélange des genres tandis qu’ils bataillent ensemble.
Servi par de superbes illustrations en début de chapitre ainsi que par une plume fluide et plaisante, un style soigné et efficace, ce roman offre ainsi au lecteur un très bon moment de lecture.
 
En bref, un premier roman déroutant où les passions s’en mêlent : Prometteur !

Laisser un commentaire