Chroniques 2018 \ A titre posthume de Sonja Delzongle

Petite plongée dans le passé littéraire de mon coup de cœur de l’année : « A titre posthume » de Sonja Delzongle, publié chez Jacques André éditeur.
 
Le pitch : Assistante dans une grande maison d’édition, Judith Pommier réceptionne un manuscrit accompagné d’un curieux message sonnant comme une menace. Si l’éditeur ne se montre guère impressionné ni intéressé, ce texte retient toute l’attention de Judith, ce d’autant plus lorsqu’elle apprend la mort de l’auteur dans d’étranges circonstances. Convaincue du potentiel de ce texte, elle se tourne alors vers Marin, directeur littéraire avec qui elle a entretenu une relation par le passé, sans s’imaginer dans quel engrenage elle vient de mettre le doigt…  
 
Si je ne comprends toujours pas comment j’ai pu mettre aussi longtemps à découvrir la plume de celle qui se trouve être mon coup de cœur de l’année 2018, me voilà désormais lancée et fin prête à engloutir toute sa bibliographie ! Aussi est-ce avec joie et bonheur que je suis tombée sur ce titre, le deuxième de l’auteure en réalité, en scrutant attentivement le rayon thrillers de ma médiathèque, m’offrant ainsi le plaisir de retrouver cette plume quelques pages durant en attendant le suivant…  
 
Cette fois-ci l’auteure nous fait entrer dans le monde de l’édition par la petite porte pour nous en dévoiler ses coulisses les plus sinistres et ses travers les plus forts. Rien ni personne n’est épargné dans ce thriller fort bien construit et rondement mené, où le suspense est admirablement maintenu d’un bout à l’autre du récit.
Portée par une petite série de personnages particulièrement intéressants, l’histoire n’en est que plus sombre et prenante. Si nombre d’entre eux font l’objet d’un portrait à l’acide pour ce qui se veut aussi une satire du monde éditorial, on retiendra surtout le personnage de Judith au centre de l’histoire qu’on se plaira à suivre au fur et à mesure que les chapitres défilent.
Bien que le terme « inspecteur » m’ait quelque peu arraché les yeux, il n’en reste pas moins que le texte est soigné et empreint d’éléments culturels, servi par une plume fluide et élégante, un style vif et plaisant, structuré par des chapitres courts qui donnent du rythme et font de ce « thriller éditorial » un agréable moment de lecture.
 
En bref, un titre différent mais tout aussi réussi de ce que j’ai pu lire de l’auteure jusqu’à présent… Me reste désormais à dénicher les autres titres de mon coup de cœur 2018 !

Laisser un commentaire