Livres et vous ? Livrez-vous… Avec Laurent Philipparie !

Parfois la vie nous joue des tours et déjoue nos prévisions… Pour le meilleur ou pour le pire, suivant ses ambitions… Ainsi fut ce week-end tout en contradiction… Prévu samedi, mon passage à la Foire du Livre de Bruxelles fut finalement décalé à aujourd’hui parce qu’il y a des priorités dans la vie, et les amis font partie de celles-ci…
Aussi tâchons de rendre cette journée bien plus belle, heureuse et joyeuse que sa veille et, en direct live de cette Foire du Livre de Bruxelles, profitons de l’instant présent avec une petite interview dont j’aime vous gâter chaque semaine ! Toujours ravie de partir à la rencontre de ces auteurs et autres acteurs essentiels à notre petit monde littéraire, ceci afin de vous dévoiler leurs lectures et le lecteur qui sommeille en chacun d’eux, j’ai aujourd’hui l’immense plaisir de recevoir par ici un sympathique auteur dont j’ai fait la connaissance au Salon « Lire c’est libre » organisé en janvier dernier à Paris, avec la mairie du 7ème arrondissement ! Un auteur très humble et fort sympathique dont j’avais repéré le roman avant même sa sortie, tant sa couverture m’avait séduite ! Un roman que je me suis donc procuré à cette occasion, ravie de pouvoir enfin en découvrir le fond : Tout aussi brillant que son contenant !
Autrement dit mes chers amis, je suis ravie de vous présenter aujourd’hui Laurent Philipparie, auteur de deux romans déjà, dont « Lectio Letalis« , paru aux éditions Belfond le 17 janvier dernier ! C’est à l’issue de ma lecture et au terme d’un chaleureux échange sur les réseaux sociaux que je l’ai finalement sollicité pour procéder à ce petit interrogatoire en règle : Un exercice dont il doit être coutumier puisqu’il est aussi policier ! Et je tiens d’ailleurs à chaleureusement le remercier pour s’être prêté si volontiers au jeu de mes petites questions indiscrètes !
Trêve de bavardages, je ne vous fais pas languir plus longtemps et vous laisse donc découvrir ses réponses… Bonne lecture !

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?
Je m’appelle Laurent Philipparie. Je suis capitaine de police et romancier depuis 2016.
 
Petit ou grand lecteur ? Quelle place tient la lecture dans votre vie ?
J’ai été un très grand lecteur. Avant les vacances, je choisissais les auteurs avec autant de soin que mes destinations. J’ai le souvenir d’un été mémorable, en auto-stop et avec Howard Philippe Lovecraft… Aujourd’hui, faute de temps, je suis devenu un lecteur très modeste (Deux à trois livres par mois). Je crois que le fait d’écrire conditionne ma façon de lire. J’ai parfois le sentiment d’être plus sensible à la manière dont le roman a été conçu qu’au roman en lui-même.
 
Quel a été votre premier coup de coeur littéraire ? Et le dernier ?
Le premier a été « La Venus D’Ille » de Prosper Mérimée. Ce mélange de vraisemblance et de surnaturel m’avait bouleversé. Le dernier est « Bad Man » de Dathan Auerbach, un thriller qui a de quoi surprendre même les spécialistes du genre…

Y a-t-il un livre/auteur qui vous a poussé à écrire ? Quel a été votre déclic ?
« Je sais pas » de Barbara Abel a tout fait basculer. Pour préparer ce roman, Barbara, dont j’étais déjà fan, cherchait un policier… Ce fut l’une des plus belles expériences de ma vie. C’est elle qui m’a appris à croire en moi. Être devenu son ami est une véritable bénédiction.
 
Pouvez-vous nous parler de vos romans, et notamment de « Lectio Letalis », paru en janvier ?
Mon premier roman, « Ne regarde pas l’ombre« , est un thriller d’action, dans lequel j’ai incorporé un maximum de réalités policières, tirées de mon métier. Avec « Lectio Letalis« , j’ai voulu mettre à profit tout ce que m’avait enseigné le précédent, pour aller beaucoup plus loin dans l’intrigue. Il s’agit d’un thriller ésotérique, fort en rebondissements, dénonçant la manipulation de masse… Je me suis beaucoup amusé en l’écrivant.
 
Quel livre auriez-vous rêvé d’écrire ?
Il y en a énormément… Les premiers qui me viennent à l’esprit sont : « Le serment des limbes » de Jean-Christophe Grangé, l’exploitation de la « Near Death Expérience » dans l’histoire… Et « Le cercle de sang » de Jérôme Delafosse, un modèle du genre.

Si vous deviez comparer votre vie à un roman, lequel serait-ce ?
Bizarrement ce ne serait pas un thriller, mais plutôt « Le grand Meaulnes » d’Alain Fournier, cette sensation de côtoyer un monde féerique la nuit et de le chercher pendant tout le restant de la journée…
 
Quel est votre livre de chevet ? Celui qui cale votre bibliothèque ? Et votre lecture en cours ?
À côté de mon oreiller, j’ai « Écouter nos défaites » de Laurent Gaudé, qui a été rejoint par « Salina : les 3 exils« . Soir après soir, je lis, je relis et je trouve cette écriture toujours aussi magique… Actuellement, je suis dans « Les premières blessent la dernière tue » de Karine Giebel. Je l’ai rencontrée lors d’un dîner chez notre éditrice et je l’ai trouvée fascinante. Bref, je veux tout lire d’elle.
 
Avez-vous déjà une idée pour votre prochain roman ?
Oui. Mais mon emploi du temps ne m’a pas encore permis de le commencer réellement…

Un petit mot pour la fin ?
J’aimerais saluer le travail de tous les blogueurs et chroniqueurs. Ils contribuent grandement à faire vivre le livre.
 
Et j’aimerais à mon tour saluer Laurent Philipparie pour ses ultimes propos particulièrement gratifiants ! Voilà donc quel lecteur se cache derrière cet auteur de talent, dont j’entends découvrir le premier roman… En attendant les suivants ! Encore une fois je le remercie du fond du coeur d’avoir relevé ce petit défi littéraire en un temps record et sans s’offusquer de mes retards ou absences de réponse qui me sont de plus en plus fréquents… Alors à votre tour désormais de fondre sur « Lectio Letalis » pour n’en faire qu’une littéraire bouchée ! Vous en trouverez ma chronique ICI pour plus d’informations… Et bien sûr j’en attends de vos nouvelles !

Laisser un commentaire