Bouquinist Park Du côté de chez Françoise : Un paradis trompeur de Henning Mankell

Mes amis… J’ai à peine vu la rentrée passer que septembre est déjà terminé… Laissant la place à un mois d’octobre qui s’annonce gris et pluvieux à souhait… Qu’à cela ne tienne : Octobre pluvieux ? Octobre heureux ! N’est-ce pas là une belle devise pour en profiter… Et bouquiner ?
Et qui dit bouquiner… Dit Bouquinist Park, vous vous en doutez…  Et ce en compagnie de ma DreamBookTeam pour être parfait ! Laura, Roseline, Françoise et Franck ont en effet décidé de poursuivre l’aventure et de vous régaler sous ma plume de leurs dernières lectures, ceci afin d’alourdir vos PAL de quelques titres : c’est la moindre des choses !
Après Laura c’est aujourd’hui au tour de ma collègue Françoise de s’installer par ici pour vous présenter l’un des titres qu’elle a dévorés cet été : « Un paradis trompeur » du grand et regretté Henning Mankell, initialement paru chez Seuil et désormais disponible au format poche aux éditions Points.
 
Ce que dit la quatrième de couverture…
« Le froid et la misère ont marqué l’enfance de Hanna Renström dans un hameau au nord de la Suède. En avril 1904, à l’âge de dix-huit ans, elle s’embarque sur un vapeur en partance pour l’Australie dans l’espoir d’une vie meilleure. Pourtant aucune de ses attentes – ou de ses craintes – ne la prépare à son destin. Deux fois mariée brièvement, deux fois veuve, elle se retrouve à la tête d’une grosse fortune et d’un bordel au Mozambique, dans l’Afrique orientale portugaise. Elle se sent seule en tant que femme au sein d’une société coloniale régie par la suprématie machiste des Blancs, seule de par la couleur de sa peau parmi les prostituées noires, seule face à la ségrégation, au racisme, à la haine, et à la peur de l’autre qui habite les Blancs comme les Noirs, et qui définit tout rapport humain. Ce paradis loin de son village natal n’est-il qu’un monde de ténèbres ? »

Françoise a aimé… Oui, mais pourquoi ?
Parce que Françoise semble avoir découvert entre ses pages le destin atypique d’une femme hors d’un commun : Hannah. Si elle grandit dans le Nord de la Suède aux limites du cercle polaire, celle-ci devra quitter cet environnement qui lui était jusque là familier à la mort de son père, faute de moyens suffisants pour subvenir aux besoins de toute la famille. Dès lors Françoise a suivi la jeune héroïne à travers le monde et jusqu’en Afrique au fil d’un incroyable jalonné d’épreuves physiques ou morales  le plus souvent éprouvantes et difficiles
Mais c’est donc en Afrique que Françoise voit la jeune femme s’affirmer, s’imposer, se réaliser pour faire tomber quelques barrières et notamment celles du racisme, du machisme et des préjugés. Elle ne ménage pas ses efforts pour faire bouger les choses, pour bousculer les mentalités, même si la tâche ne s’annonce pas aisée sur ce continent et à cette époque. 
Au final Françoise a beaucoup apprécié cette lecture soutenue par une langue poétique tout en restant sobre. Elle s’est attachée à son héroïne comme vous l’avez sans doute déjà deviné, mais c’est surtout cette terre d’Afrique à la fois magnifique et violente qui l’a fascinée de par les descriptions que l’auteur a su en livrer.
 
Résumons-nous pour finir…
Nous ne le dirons jamais assez : Françoise a beaucoup aimé cette lecture, à la fois dépaysante et originale, qui n’est pas vraiment un thriller mais plutôt un roman noir d’où jaillit cette lueur d’espoir de par les valeurs que l’héroïne tente de défendre, de soutenir et d’inculquer pour plus de respect, de justice et de tolérance pour un voyage de tous les instants… Et jusqu’au bout de soi…
Maintenant que Françoise vous a tout confié, le présent article vient à s’achever… Alors en attendant le prochain, n’hésitez pas à plonger à votre tour dans ce bouquin pour nous dire ce que vous en avez pensé !

Laisser un commentaire