Bis Rebouquinade : Dix petits nègres d’Agatha Christie…

En mai, fais ce qu’il te plaît…? Malheureusement pas cette année ! Pour autant, ne nous laissons pas déprimer : J’ai toujours un peu de lecture à vous proposer pour vous consoler et vous faire patienter jusqu’à… Jusqu’à la date qui conviendra pour préserver notre santé !
Aussi je suis ravie de vous retrouver aujourd’hui dans le cadre de cette petite rubrique qu’il me semble n’avoir pas alimenté depuis une éternité… Et me procure ainsi sans délai le sentiment d’un retour aux sources ou dans un petit cabanon de vacances qu’il convient d’ouvrir et d’aérer avant de s’y réinstaller pour s’y prélasser…
Un sentiment d’autant plus accru qu’il m’appartient ici de vous parler de lectures que j’ai aimées à un point tel que j’ai pris le temps de les… Rebouquiner, pour voir si celles-ci avaient la même saveur, la même douceur, si celles-ci me faisaient toujours le même effet…
Et c’est justement le #challengedulecteurconfiné qui m’a offert l’occasion de me replonger dans le livre dont je m’apprête à vous parler : Parmi ses vingt propositions figuraient en effet « un livre qui a marqué votre adolescence »… S’ils étaient nombreux à pouvoir prétendre au titre, c’est finalement « Dix petits nègres » d’Agatha Christie qui a remporté la mise et vos faveurs au terme d’un sondage sur les réseaux sociaux… Pour mon plus grand plaisir !
Si j’ai eu la chance de lire initialement la mythique version des éditions du Masque avec son inimitable couverture jaune, celle-ci est actuellement assignée à résidence chez mes parents, chez lesquels je ne peux malheureusement pas me déplacer pour les raisons que vous connaissez… C’est donc avec une version, plus moderne mais tout aussi jolie, publiée chez Livre de Poche que je me suis délectée une nouvelle fois de cette lecture…

La quatrième de couverture pour commencer…
En a-t-on parlé de l’Île du Nègre! Elle avait, selon certains, été achetée par une star de Hollywood. Des journaux avaient insinué que l’Amirauté britannique s’y livrait à des expériences ultrasecrètes. Bref, quand ils reçurent – sans savoir de qui – cette invitation à passer des vacances à l’Île du Nègre, tous les dix accoururent.
 
Mon résumé pour continuer…
Ils ne se connaissent pas mais sont tous invités par un certain M. O’Nyme pour un séjour sur l’île du Nègre… A leur arrivée, c’est finalement un couple de domestiques et une sinistre comptine qui les accueillent, leur hôte étant absent… Ils sont dix, à l’instar des petites statuettes posées sur la table du salon… Et le soir même ils ne sont plus que neuf, après qu’une mystérieuse voix les a, tous et chacun leur tour, accusé d’un crime… Si la comptine dit vrai, ils vont tous disparaître, un par un… Seulement qui en est responsable ?
 
Mon avis d’hier et d’aujourd’hui pour avancer…
Ceux qui me suivent de longue date savent déjà qu’il s’agit là du tout premier titre d’Agatha Christie que j’ai eu le plaisir et la chance de lire… J’étais alors au collège mais c’était les vacances et, faute de pouvoir être gardée, la fille unique que je suis accompagnait son Papa, électricien industriel de son état… J’ai commencé cette lecture dans la voiture, alors que mon père se renseignait pour savoir s’il y avait éventuellement un bureau pour m’installer… Il y  en avait un, en effet… Seulement j’étais déjà en grand danger sur l’île du Nègre, vous pensez ! Vous l’aurez donc compris mes petits Bookinautes adorés, mon père est venu me chercher mais j’ai préféré poursuivre ma lecture avant de m’extirper de cette voiture, tant j’étais passionnée par cette lecture grâce à laquelle je n’ai absolument pas vu le temps passer, et qui m’a sans doute valu cette appétence certaine pour la littérature policière que vous me connaissez…
Aujourd’hui, qu’en est-il ? Je connais pourtant déjà la fin, cette ahurissante fin qui m’a tant bluffée que je l’ai gardée en tête au fil des années… Et bien figurez-vous que la magie a pourtant opéré comme au premier jour, je me suis volontiers laissée embarquer par cette intrigue des plus machiavéliques, admirablement bien construite et tellement bien ficelée que je mettrais bien au défi n’importe quel policier de bien vouloir résoudre pareille énigme si un jour il devait y être confronté !
Mas si Agatha Christie reste incontestablement la Reine du Crime, c’est aussi pour sa plume, si fine, si fluide, si percutante, son style si vif, si efficace tout en restant so pretty British ! Une écriture si belle et si envoûtante qu’elle vous transporte instantanément sur la scène du crime en compagnie de personnages croqués avec tant de crédibilité que vous vivez bien plus que vous ne lisez ce récit…
Et si cela vaut sans aucun doute pour tous les romans d’Agatha Christie, c’est encore plus valable pour celui-ci : Non, je n’ai pas simplement lu et relu « Dix petits nègres« , je me suis bel et bien retrouvée sur cette île en compagnie d’illustres inconnus et j’ai moi-même flippé quand je les ai vus disparaître au fur et à mesure que les pages défilaient sans jamais découvrir qui pouvait bien être le meurtrier… Je vous le dis : Plus qu’une écrivaine, Agatha Christie est une véritable magicienne des mots !
 
Quelques citations pour terminer…
Dix petits Nègres s’en allèrent dîner.
L’un d’eux s’étrangla et il n’en resta plus que
Neuf.
Neuf petits Nègres veillèrent très tard.
L’un d’eux oublia de se réveiller et il n’en resta plus que
Huit.
Huit petits Nègres voyagèrent dans le Devon.
L’un d’eux voulut y demeurer et il n’en resta plus que
Sept.
Sept petits Nègres cassèrent du bois avec une hachette.
Un se coupa en deux et il n’en resta plus que
Six
Six petits Nègres jouèrent avec une ruche.
Un bourdon piqua l’un d’eux et il n’en resta plus que
Cinq.
Cinq petits Nègres étudièrent le droit.
L’un d’eux devint avocat et il n’en resta plus que
Quatre.
Quatre petits Nègres s’en allèrent en mer.
Un hareng saur avala l’un d’eux et il n’en resta plus que
Trois.
Trois petits Nègres se promenèrent au zoo.
Un gros ours en étouffa un et il n’en resta plus que
Deux.
Deux petits Nègres s’assirent au soleil.
L’un d’eux fut grillé et il n’en resta plus que
Un.
Un petit Nègre se trouva tout seul.
Il alla se pendre et il n’en resta plus
Aucun.
 
C’est sur cette immanquable citation que je vais conclure cet article, en espérant vous avoir convaincu de lire ou relire à votre tour ce fabuleux bouquin dont je conserve un souvenir absolument impérissable et magique ! Mais avant de vous quitter, je tenais aussi à vous rappeler que ce titre a dernièrement fait l’objet d’une remarquable adaptation pour la télévision au format d’une mini-série de trois épisodes que la chaîne TFSéries a récemment rediffusé… Si vous avez l’occasion, n’hésitez pas non plus à y jeter un œil, vous n’allez pas le regretter ! Sur ce, mes petits Bookinautes préférés, je vous souhaite de belles lectures ainsi qu’un bon Premier Mai !

Laisser un commentaire