Focus sur… Le second numéro de la revue Alibi !

Mes petits Bookinautes chéris ? Si vous avez besoin d’un bon Alibi… Foncez donc en librairie ! Non content d’avoir réalisé le crime parfait pour sa reprise en mai dernier, la célèbre revue consacrée au polar sous toutes ses formes vient en effet de récidiver… Et le tome 2 frappe fort, très fort : je peux en témoigner ! Pour les lecteurs ayant manqué le premier numéro, laissez-moi vous rappeler les faits à travers mon article juste ICI… Pour les autres, je vous invite à lire ma déposition ci-dessous ! 


Alors qu’elle paraissait le 21 août dernier, je me suis ruée sur cette revue le jour J sans autre forme de procès… Au point d’en malmener quelque peu les libraires de « mon » Furet… Cela s’est passé très vite avant de s’achever… Non pas dans le sang mais avec un chouette petit fou rire partagé : Même masqué, cela fait un bien fou, vous n’avez pas idée ! Mais je m’éloigne du sujet, reprenons… Où en étions-nous ? Ah oui, le sommaire !

A peine avais-je en main cet opus que je me suis plongée dans cette lecture pour constater que les investigations s’annonçaient toutes aussi denses et passionnantes que les précédentes ! Reprenant ses rubriques très judiciairement/judicieusement intitulées, l’équipe n’a décidément pas ménagé ses efforts pour faire parler les suspects… Et quels suspects mes amis ! Parmi les plus dangereusement talentueux et captivants : Craig Johnson et Jean-Christophe Ruffin, le gendarme Jean-François Abgrall et l’ex-agent de la CIA Amaryllis Fox pour autant de rencontres et portraits d’une exceptionnelle qualité, denses et instructifs à souhait auxquels on ajoutera ce fascinant dossier d’archives consacré à Thierry Jonquet !

Mais vous vous doutez bien que l’enquête ne s’arrête pas en si bon chemin : l’équipe en a profité pour réaliser d’excellents tapissages photos pour nous faire voyager sans quitter la salle d’interrogatoire ! Outre les têtes d’affiches parmi lesquelles le (très) grand David Joy, une excursion au Groenland vous est également proposée, dirigée par l’expert Mo Malø… Oui oui, celui-là même, parce qu’on ne fait pas les choses à moitié quand on bosse sur un bon Alibi ! Moins dépaysant mais tout aussi marquant, ne manquez pas non plus l’immersion entre les murs de la Maison d’Arrêt de Fleury Merogis… Époustouflante ! 

Outre les nombreuses chroniques polar qui vont vous envoyer sur différentes pistes – grands formats (« Jeu de Dames » de Nicolas Druart) ou poches, documents ou jeunesse, BD ou ciné (« Police » d’Anne Carrière) -, il vous reste encore à explorer les faux et usages de faux dans un conséquent dossier aussi passionnant qu’effarant : Alors même que j’ai déjà eu à en connaître – en tant que greffière hein, pas comme faussaire ! -, j’y ai appris énormément d’éléments : Passionnant !

Mais ma partie préférée du dossier, vous devez vous en douter, c’est la nouvelle ! Pas seulement parce qu’elle est signée de mon auteur Chouchou Olivier Norek, mais surtout parce qu’elle est exceptionnelle et porte terriblement bien son nom : « Ultra Noir« . Si le noir est la couleur du polar, celle-ci s’avère bien fade quand on se plonge dans ce texte redoutablement prenant et bien construit, tout en suggestion pour mieux s’emparer de notre imagination, servi par une plume percutante, un style douloureusement addictif… Cet auteur est complètement taré… A moins que ce ne soit vous : Où étiez-vous au moment des faits ? Si tu as besoin d’un bon Alibi… Tu sais où le trouver !

PS : Sachez que je jalouse officiellement tous les veinards qui auront la chance de pouvoir rencontrer le Gang Alibi ce soir (03 septembre à 19h) à la Librairie de Paris : J’ai vos noms, vos adresses, je me vengerai !

Photos tirées du compte Instagram de la revue « Alibi »

Laisser un commentaire