Chroniques 2021 \ A l’autre bout de la laisse de Laure Lapègue

Un roman introspectif prenant et plus noir qu’il n’y paraît : « A l’autre bout de la laisse » de Laure Lapègue, paru ce 1er septembre en autoédition et notamment disponible au format papier sur le site lulu.com.

Le pitch : Pour son cinquantième anniversaire, Antoine s’est vu offrir un berger australien répondant au doux nom de Jack par sa femme Béatrice. Curieux cadeau pour ce professeur de philosophie misanthrope, en panne d’inspiration et en manque de reconnaissance, qui éprouve une peur viscérale à l’égard de la gent canine. Aussi ne se réjouit-il pas de devoir s’acquitter de la traditionnelle promenade en forêt supposée le contraindre à se sociabiliser… Mais le duo « enlaissé » n’a pas encore idée des tortueux chemins intérieurs sur lesquels ils vont se laisser entraîner…

Rencontrée il y a quelques années dans les allées du Salon du Livre de Paris grâce au site « Booknseries » dont elle est la fondatrice, c’est toujours avec plaisir et curiosité que je lis Laure Lapègue, ne sachant jamais dans quelle aventure elle s’apprête à m’embarquer… Et ce nouveau titre paru pour la rentrée littéraire n’échappe pas à la règle !

Partant d’un postulat somme toute assez banal, l’autrice nous entraîne pourtant bien plus loin qu’au cœur de la forêt pour une intrigue introspective bien plus inattendue et prenante que vous ne pouvez l’imaginer. Car si l’adorable Jack va bousculer la vie de son maître, ce n’est certainement pas de façon anodine et bien plus en profondeur qu’à l’accoutumée.
Car l’autrice est habile et nous propose une intrigue intelligente savamment orchestrée, à travers laquelle elle met son personnage principal face à ses propres contradictions, poussant dès lors son lecteur à prendre du recul sur sa propre existence par la même occasion. Et tandis que le suspense grimpe sans crier gare pour nous tenir en haleine jusqu’à la dernière page tournée, l’autrice nous propose de belles réflexions philosophiques.
Dès lors c’est presque à une quête existentielle que l’on assiste ici, aux côtés de personnages finement construits, à commencer par notre héros qui semble s’être perdu en cours de vie sans oublier les autres qui ne sont pas en reste tout au long du récit.
Outre son approche philosophique tout à fait pertinente du genre humain, l’autrice nous offre également un bel hommage à la nature comme à nos amis les chiens avec cette histoire soutenue par une plume fluide, élégante et agréable, un style simple et entraînant, pour un moment de lecture tout à fait plaisant.

En bref, un roman à suspense original et intrigant mais aussi teinté de belles considérations philosophiques… Et un « Petit Prince des temps modernes » que j’aurais beaucoup aimé lire !

Laisser un commentaire