Chroniques 2021 \ Six pieds sur terre d’Antoine Dole

Belle surprise que ce roman poignant et douloureusement juste : « Six pieds sur terre » d’Antoine Dole, paru ce 26 août aux éditions Robert Laffont.

Le pitch : Camille et Jérémy sont deux oiseaux farouches tombés trop tôt du nid, marqués par l’absence, malmenés par la vie. Ils s’aiment mais quand l’une parle d’un avenir, l’autre entend le passé ressurgir… Et quand les mots viennent à manquer, les maux ne tardent pas à s’accumuler…

Si Antoine Dole est sans doute plus connu en littérature jeunesse sous le nom de Mr Tan grâce à une petite héroïne tout simplement mortelle (Adèle !), j’ai découvert sa plume il y a quelques années en me plongeant dans « Ueno Park« , un roman choral publié aux éditions Actes Sud Junior… C’était en 2018 et je m’en souviens encore. Raison pour laquelle je n’ai pas hésité une seconde à me procurer ce nouveau roman pour la rentrée littéraire – le premier destiné à un public adulte – et ce sans même m’attarder sur son résumé… Ne serait-ce que pour cette couverture magnifique… Ne serait-ce que pour ce titre à couper le souffle…

Alors j’ai rencontré Camille et Jérémy. J’ai croisé leurs mères aussi. J’ai ressenti ces absences qui ont pu les bouleverser, j’ai subi ces silences qui ont pu les abimer. Alors j’ai compris à quel point il peut être difficile de se construire sur des fondations si fragiles, à quel point il peut être difficile de s’enraciner sur un terrain si aride.
C’est une intrigue à la fois très sombre et pleine d’émotions que l’auteur nous propose ici. A travers ces personnages à la psychologie profondément travaillée, il aborde des sujets aussi douloureux que difficiles tels que la dépression, ce qui la nourrit, ce qui en découle… Tout en laissant subsister cette frêle lueur d’espoir qui permet d’avancer, pour un récit tout en métaphores, d’autant plus émouvant, d’autant plus puissant.
Porté par une plume aussi vive que vivante, un style d’une redoutable sensibilité, ce roman terriblement humain se lit d’une traite, presque en apnée mais reste en mémoire longtemps, bien longtemps après la dernière page tournée.

En bref, un roman prenant, touchant, dont on sort difficilement indemne… Et un auteur qui a décidément plus d’un genre à son arc littéraire… 

Laisser un commentaire