Chroniques 2017 La Tour de Cécile Duquenne

Un ascenseur d’émotions que cette novella bluffante : « La Tour » de Cécile Duquenne, disponible sur Amazon.


Le pitch : Sentant que le danger rôde alentour, Jessica se réveille en sursaut… Au sein d’un sinistre marécage… Amnésique et sans repères, la jeune fille de 16 ans finit par comprendre qu’elle se trouve coincée au sous-sol d’une tour sans ouverture vers l’extérieur, exception faite de son sommet… Le tout est de parvenir à l’atteindre malgré tous les obstacles, épreuves et autres dangers  auxquels elle devra faire face avec ses compagnons d’infortune… Mais tandis que les étages défilent, elle se rappelle et se demande si le toit est vraiment ce qu’il lui faut…

Tandis que j’ai découvert cette charmante auteure avec le premier tome des « Nécrophiles anonymes » et que « Les foulards rouges » patientent sagement dans ma PAL, c’est finalement avec ce court roman que j’ai retrouvé son envoûtante plume à la suite d’une offre spéciale sur Amazon… Quelle belle et judicieuse idée ai-je eu là !
Ne perdant pas un seul instant ni la moindre page, l’auteure nous entraîne à toute allure au coeur d’une histoire particulièrement originale dans les dangereux méandres d’une bien curieuse tour… Se laissant prendre au piège pour son plus grand plaisir, le lecteur ne se fait pas prier pour rejoindre Jessica et tous ceux qui vont tenter l’ascension de l’édifice. Ménageant son suspense comme jamais, l’auteur distille ses réponses et autres révélations tandis qu’on grimpe les étages, qu’un tourbillon d’émotions nous emporte, que l’atmosphère ne cesse de s’alourdir autant qu’elle nous fascine jusqu’à un dénouement tout simplement ahurissant. 
Dépeints avec soin et efficacité, les personnages s’avèrent bigrement intéressants et réalistes. Chacun doté d’une personnalité qui lui est propre, le lecteur se régale de leur compagnie et se plaît à les suivre malgré les dangers, ce qui lui permet de les voir évoluer au gré des étages. 
D’une désarmante efficacité, la plume est percutante, belle et soignée, le style intense et élégant, ce qui contribue à faire de ce court roman un instant de lecture magistral.
En bref, une lecture prenante et captivante qui ne souffre aucun bémol, si ce n’est que cette Tour mériterait plus d’étages… Plus de pages !

Laisser un commentaire